Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ce blog est destiné à servir de support à des actions et des échanges relatifs à l'insécurité routière et aux nuisances sonores liées au trafic dans l'entité du village de BOUSVAL (BRABANT WALLON)

En bonne et heureuse santé (1)...

Publié le 19 Janvier 2017 par dominique VANESPEN

Photo D. VANESPEN

Photo D. VANESPEN

Depuis des années...

Nous citons mot pour mot. 

Très récemment, tous les habitants de la commune de GENAPPE n'auront pas manqué de recevoir dans leur boite aux lettres une luxueuse publication qui leur était adressée dans le prolongement immédiat des fêtes de fin d'année.

Avec toute l'apparence d'une communication officielle, elle avait d'ailleurs eu le don de nous surprendre par son contenu car, passé cette première impression suscitant notre curiosité, nous avons eu l'étonnement d'y découvrir les bons voeux que souhaitait exprimer aux citoyens la majorité en place.

Est-il vraiment besoin de le souligner, la couleur résolument bleu azur de la couverture ne laissait place à aucun doute quant à la tendance politique dont il est question.

Autant qu'elle semblait apporter la luminosité dont les rigueurs actuelles de cet hiver (tardif, il est vrai) nous priveront certainement pour quelque temps encore. 

A  chacun(e) sa totale liberté d'apprécier à leur juste valeur les 14 voeux et autant de « réalisations » (sic) que contenait cet opuscule*.

Quant à nous, allez donc savoir pourquoi, nous ne pouvons nous empêcher de penser que cette expression émise sous la forme d'un banal souhait de circonstance comportait également - surtout - une toute autre dimension, la volonté pour les intéressés d'indiquer aux lecteurs que tout va bien dans le meilleur des mondes à GENAPPE.

La preuve : par une gestion rigoureuse, la fiscalité communale est maîtrisée. 

Voilà un appel du pied à peine déguisé aux contribuables - permanents certes aussi mais occasionnellement électeurs ! -, vu que les échéances de (ce qu'il faudra bien désormais appeler) l'année prochaine s'avancent à grands pas, et qu'on y arrivera plus vite qu'on ne le pense.

Finalement, ce qu'il faut retenir de ce qui précède, ce n'est pas tellement que la majorité libérale souhaite aux habitants de ne pas céder à la maladie, mais qu'elle les invite à bien observer que grâce à elle, la commune de GENAPPE est en bonne santé.

Financière...

Car pour le reste, les actes posés par les autorités libérales en place depuis de longues années, dans le sillage rigoureusement suivi de leur chef de file, indiquent que cette question primordiale du bien-être physique et psychique des habitants ne fait pas vraiment partie de leurs priorités. 

Pour preuve, l'évidence que les travaux entamés cette semaine à côté du cimetière de BOUSVAL traduisent la consécration d'une décision inébranlable d'y installer une future crèche, malgré tous les doutes et les interrogations émis par l'opposition, restés systématiquement sans réponse aucune, et les argumentations documentées qui furent exprimées sur ce site, qui n'ont pas engendré la moindre réaction pertinente.

Pourtant, nous n'avons jamais rien inventé, les hasards** de l'actualité ayant fréquemment précédé ou même suivi de près nos propres développements. 

Pas plus tard qu'en ce tout début d'année encore, les médias s'y étaient d'ailleurs attachés à propos des effets nocifs de la proximité du trafic routier sur la santé, dans des études de plus en plus convergentes***. 

(à suivre) 

* ouïe, les grands mots ! 

** mais plutôt que de hasard, n'est-ce pas plutôt l'expression de préoccupations modernes qui se font de plus en plus pressantes ?

*** voir ci-dessous 

LE SOIR. Vendredi 6 janvier 2017 LA BELGIQUE

commentaires

Les petits trésors de BOUSVAL (8)...

Publié le 7 Janvier 2017 par dominique VANESPEN dans AUTRES

Echelle cubique : 1 centimètre. Photo D VANESPEN

Echelle cubique : 1 centimètre. Photo D VANESPEN

Quoi de plus banal qu'une vieille brique...
 
Être propriétaire d'une maison de village, modeste et fort ancienne, suppose que vous soyez toujours prêt à mettre la main à la pâte pour des travaux parfois lourds, lesquels peuvent se décliner sous les formes diverses que sont entre autres le plâtre, la colle et (surtout) le ciment.
 
Pour peu que vous soyez occupant d'une telle « vîye maujone »*, lesdites opérations de simple remise en état ou au contraire de grande rénovation peuvent donner lieu à des découvertes plutôt surprenantes, le genre à vous replonger tout à coup dans un passé assez lointain.
 
Pour preuves, les quelques photos qui suivent. 
 
Soucieux de respecter la « petite histoire » de sa maison (sur laquelle nous reviendrons), votre serviteur aura maintes fois tenté pour ce faire d'utiliser des briques de réemploi, avec de préférence celles qui proviennent du bâtiment même !
 
Sens pratique, souci d'économie ou recherche d'authenticité virant à l'extrémisme, appelez ça comme vous voudrez, bien qu'il faille chercher du côté de la troisième hypothèse...
 
Cela implique d'en récupérer quelques-unes - comprendre un maximum - à chaque fois que l'occasion s'en présente, lorsqu'il s'agissait par exemple de percer le mur d'une cave pour inaugurer le nouvel accès vers une autre. 
Démontage en cours...

Démontage en cours...

Autant dire que la chose n'est pas simple, le démontage aussi méthodique soit-il entraînant un taux de perte, limité certes, mais toujours trop important aux yeux du maçon improvisé. 

Surtout lorsque la création d'un nouveau passage suppose que vous en supprimiez soigneusement un autre, dans une troisième cave...

Mais parfois, le sort tournait en votre faveur pour compenser cette pénurie.

Notamment lorsqu'un proche voisin entama lui-même d'importants travaux dans son habitation, immédiatement contiguë et dont il apparaît d'ailleurs qu'elle fut plus que probablement construite d'un seul tenant et au même moment, soit au tout début du siècle passé.

Echange de bons procédés, le « deal » que je lui avais proposé était on ne peut plus simple : ma main d'oeuvre contre sa marchandise.

Je démonte ton mur, mais je récupère tes vieilles briques.

Aussitôt conclu et aussitôt fait : chez mon voisin, l'emplacement d'une ancienne fenêtre n'allait pas tarder à s'agrandir pour laisser l'espace prévu pour l'installation d'une future porte extérieure. 

Avant...

Avant...

Pendant...

Pendant...

Principal outil de travail : l'huile de coude !

Principal outil de travail : l'huile de coude !

Laborieux, mais le résultat commence à prendre forme.

Laborieux, mais le résultat commence à prendre forme.

Alors, pourquoi tant d'efforts, sinon pour réinstaller ces mêmes briques à un autre endroit ?

Par exemple chez moi, en rebouchant un ancien passage à l'identique, dont l'usage était devenu inutile, de manière telle qu'il aurait pu ne jamais exister. 

Ni vu ni connu...

Où était une ancienne porte : sous réserve de finitions en peinture encore à faire.

Où était une ancienne porte : sous réserve de finitions en peinture encore à faire.

Mais comme nous l'avons annoncé, la récupération de vieilles briques du cru (quoique parfois trop cuites d'ailleurs) allait toutefois engendrer quelques petites surprises.

Sous la forme de traces inattendues...

Bizarres, même...

Bizarres, même...

La toute première fois, le geste m'était venu très spontanément, mais avec un résultat sans équivoque.

Les petits trésors de BOUSVAL (8)...

(à suivre)

* expression encore utilisée régulièrement par le rédacteur (dont le nom ne trahit pas l'origine pourtant wallonne) auprès de ses collègues de la Capitale, avec pour effet de les voir l'observer avec incompréhension, voire des craintes évidentes pour sa santé mentale...

commentaires

Crèche de BOUSVAL : un honteux mensonge (4)...

Publié le 21 Décembre 2016 par dominique VANESPEN dans GENERALITES

Peine perdue...

Dans cette série d'articles que nous avons consacrés à une problématique de sécurité, non pas routière au sens strict, car plus générale mais touchant tout autant à la santé physique et au bien-être des habitants, principalement des tout petits, nous devons bien constater que nous aurons naïvement mené un combat d'arrière-garde.

En vain !

Ni la population de l'entité, restée étrangement silencieuse quoique directement concernée par ce projet de crèche fort éloigné d'une majorité de demandeurs de place d'accueil, ni les membres de l'opposition politique n'auront estimé nécessaire* ou eu l'opportunité de manifester utilement leur voix, au-delà des quelques timides réserves ou promesses de principe vite démenties dans les faits.

Ainsi donc, puisque le journal officiel de GENAPPE l'a annoncé, les pelleteuses entreront prochainement en action sur les hauteurs du Point du Jour à BOUSVAL pour y installer une crèche communale flambant neuve.

Mais dont le « préau didactique » (sic)** forcera les enfants à subir à l'extérieur, d'une part, les 65dB officiellement répertoriés par les services de la REGION WALLONNE et, d'autre part, la pollution atmosphérique de la RN25, deux maux rédhibitoires que le Bourgmestre Gérard COURONNE aura constamment minimisés d'autorité, sans la moindre volonté d'effectuer dans le doute une quelconque étude préalable, celle que ses fonctions mêmes exigeaient...

Assurer la sécurité des citoyens...

Et que dire du radon, dont la Commune de GENAPPE n'aura jamais fait la moindre mention dans ses exigences techniques** relatives à la construction de la crèche, en tant que nouveau bâtiment supposé répondre aux normes les plus sévères, sans respecter les instructions et conseils en la matière qu'elle adresse pourtant à sa propre population !

Nous pourrions poursuivre indéfiniment sur ces questions, mais l'essentiel aura été dit.

Nous sommes malheureusement restés sans réaction aucune, ni la moindre inquiétude exprimée par d'autres instances pourtant concernées.

Ni du monde journalistique, supposé faire preuve d'une capacité d'investigation et qui se présente d'ordinaire comme investi d'une mission innée d'information critique du public, au-delà des péroraisons et de l'autosuffisance officielles.

Ni des services de l'ONE, organisme de contrôle contacté par nous en son temps parce que théoriquement garant de la qualité intrinsèque des projets d'accueil de la Petite Enfance. 

Ni du pouvoir politique subsidiant, la REGION WALLONNE, habilité à vérifier la bonne adéquation des dépenses publiques avec la finalité des projets favorisés, et dont les Ministres compétents avaient été également alertés par nos soins

Plus qu'aux lecteurs, nous nous adresserons désormais aux électeurs.

Ceux qui méritent d'être conscientisés et devront l'être encore plus en temps opportun.

Lorsque le moment sera venu pour eux d'exprimer leurs préférences, ou leur désapprobation, en mettant leur vote dans l'urne, au-delà des promesses de circonstances et autres poignées de main qui seront généreusement distribuées à l'approche des échéances, voire même à quelques mètres de l'isoloir.

Car ce site a la vocation de perdurer, non seulement pour continuer à tenter de faire avancer la question de la sécurité routière, mais aussi pour servir dans le futur de témoignage du fait que les autorités communales de GENAPPE auront agi en pleine connaissance de cause.

Afin qu'aux prochaines élections, aucun politicien - de quelque bord que ce soit, mais surtout de la majorité libérale - ne puisse prétendre ne pas avoir été informé en temps utile et systématiquement conscientisé sur le caractère profondément malsain d'avoir choisi, pour l'implantation d'une crèche, un lieu aussi inhospitalier que le Point du Jour à BOUSVAL.

Ce qui concerne en premier lieu, bien entendu, le Bourgmestre Gérard COURONNE.

Qui mérite dès lors qu'on lui consacre le prochain et dernier article de cette série...

(à suivre)

* à la notoire exception de Jean-François MITSCH

* expression savoureuse, issue du Journal de GENAPPE, édition de décembre 2016

*** sauf preuve contraire 

commentaires

Crèche de BOUSVAL : un honteux mensonge (3)...

Publié le 12 Décembre 2016 par dominique VANESPEN dans GENERALITES

Toutes nos excuses : dans notre pièce d'eau, nous n'avons pas trouvé d'autruche*... Photo D VANESPEN

Toutes nos excuses : dans notre pièce d'eau, nous n'avons pas trouvé d'autruche*... Photo D VANESPEN

Dans leur tour d'ivoire...

En ces temps troublés - mais ne l'ont-ils pas toujours été? -, un des enseignements majeurs des dernières actualités électorales, que nous venons de connaître sur le plan international mais aussi chez nos proches voisins, pourrait être que le commun des mortels que nous sommes en arrive de plus en plus fréquemment à exprimer sa méfiance profonde à l'égard du monde politique dans son ensemble.

Qui est supposé représentatif, mais paraît surtout fonctionner en circuit fermé et rester souvent fort éloigné du concret de notre réalité quotidienne.

Voire y indifférent même ! 

Malgré toutes les dénégations dont nos éloquents mandataires sont capables, l'on finirait bien par penser que la plupart d'entre eux s'inquiètent beaucoup moins de promouvoir le Bien Public que de favoriser leur intérêt personnel.

Dont le premier élément majeur est (et restera toujours) avant tout leur (ré)élection.

Ou, d'une manière plus générale, la poursuite de leur carrière dans une quête permanente de l'exercice du pouvoir. 

Quand ce ne sont pas, évidemment, certains hommes politiques tellement habitués à leurs fonctions qu'ils semblent considérer qu'il n'est aucunement nécessaire pour eux de se remettre de temps à autre en question, étant convaincus d'être seuls détenteurs de la vérité et dépositaires depuis des décennies de prérogatives qui leur permettent de faire ce que bon leur semble, où cela leur semble bon, pourvu que cela les arrange.   

Quitte à risquer de compromettre au passage la santé des jeunes enfants de la commune, pour les prochaines décennies.

Ce qui nous amène aux prochaines élections - communales entre autres - comme seules possibilités qui vous seront offertes pour exprimer votre légitime mécontentement à leur égard !

Dans ce projet communal de crèche dont nous avons tenté de démontrer tous les inconvénients liés à son emplacement extrêmement malsain pour les enfants et aussi peu pratiques pour leurs parents (voir prochain article) - un lieu dont le choix déplorable ne semble vraiment convenir qu'au Bourgmestre de GENAPPE lui-même -, il faut bien constater que très rares sont les voix un tant soit peu objectives qui se sont manifestées pour tenter de renverser le cours des choses.

Ne fut-ce que pour inviter à la plus élémentaire prudence, vu l'enjeu de la question.

Car quand bien même la formation écologiste de GENAPPE aura-t-elle proclamé discrètement son refus du Point du Jour, elle n'en aura pas moins laissé la majorité poursuivre ce qu'il plaisait au Bourgmestre de faire.

Dans de précédents articles, nous avons montré qu'elle avait purement et simplement sacrifié ses propres principes, renonçant au combat qu'elle aurait pu mener en contestant avec fermeté la pertinence d'un projet de crèche communale dont elle se déclarait pourtant consciente et dont elle avait reconnu les failles. 

Ce qui rétrospectivement est sidérant, c'est qu'elle avait tenu - lors d'un Conseil communal précédent* - un discours radicalement opposé, et manifesté une préoccupation pour la santé des enfants, en insistant sur l'absence de critères écologiques dans le cahier des charges pour l’attribution d'un marché de lavage de vitres des bâtiments communaux, dont six écoles communales. 

Aucun des composants n'était bon pour notre environnement direct (qualité de l’air) et indirect (nappes phréatiques, sols, etc.) « et encore moins pour notre santé dont celle de nos enfants plus sensibles encore que les adultes » (sic).

D'une manière savoureuse, le Bourgmestre Gérard COURONNE avait à ce moment condescendu à abonder dans le même sens et proposé que la minorité « accepte cette modification mineure » sans devoir faire revenir le dossier devant le Conseil communal, une suggestion qui allait être adoptée à l'unanimité.

Surréaliste, que cette anecdote qui nous fait percevoir une minorité écologiste toute heureuse d'avoir remporté là une incontestable grande victoire (?), mais sans doute aussi une majorité libérale qui l'était tout autant.

D'avoir élégamment cédé sur quelques produits de nettoyage, pour elle une simple question de détails, sans qu'un débat semblable ne soit entamé sur d'autres sujets, au risque d'avoir à batailler ferme sur des problématiques de santé autrement plus inquiétantes. 

Alors...

Simple lavage de vitres, deux fois par an à tout casser.

Ou cohabitation journalière d'enfants avec une bruyante autoroute, sur un terrain suspecté de radon.

De deux maux, choisissez le moindre...

(à suivre)

* qui sait, avec le réchauffement climatique, un jour peut-être...

** Conseil communal du 15 décembre 2015 10. Travaux - Marché de services - Lavage de vitres de plusieurs bâtiments communaux - Années 2016 à 2019 - Approbation des conditions et du mode de passation (voir ci-dessous)

commentaires

Crèche de BOUSVAL : un honteux mensonge (2)...

Publié le 9 Décembre 2016 par dominique VANESPEN dans GENERALITES

Poids lourds sur le pont du Point du Jour, 12 septembre 2016

Poids lourds sur le pont du Point du Jour, 12 septembre 2016

Seul contre tous...

En période électorale, il est de règle autant que d’usage que les autorités politiques en place – en ce compris et en premier lieu à l’échelon communal - observent un certain devoir de réserve, notamment en n’utilisant pas les moyens de communication officiels pour mener leur propre campagne personnelle.

Une publicité gratuite et détournée en quelque sorte.

Pourtant, lors des dernières échéances communales en date, le Bourgmestre Gérard COURONNE vantait dans un éditorial particulièrement condescendant les nombreux faits d’armes de son administration, pour insister - dans un journal officiel et à quelques jours des élections - sur le fait que tout allait finalement très bien dans l’entité de GENAPPE, et que les notes discordantes ne pouvaient évidement provenir que de quelques râleurs et autres mal embouchés.

Des « grincheux », écrivait-il (sic)*.

Dans les circonstances présentes, pour avoir depuis plusieurs années déjà dénoncé le manque flagrant de dynamisme et de vision cohérente à long terme des autorités communales de GENAPPE dans la matière de la sécurité et des infrastructures routières, nous ne doutons pas d’avoir à nous considérer comme faisant désormais partie de cette catégorie !

Ce qui ne nous gêne pas outre mesure...

Mais afin que les lecteurs prennent pleinement conscience que tous nos développements précédents n’avaient strictement rien de farfelu - pour peu que les documents et études officielles que nous avons annexés jusqu’à présent ne soient pas suffisants en eux-mêmes -, nous souhaitons préciser que d’autres voix se sont pourtant élevées contre le projet de crèche communale au Point du Jour.

Alors que les représentants écologistes n'avaient finalement pas eu le courage d’assumer leurs propres convictions jusqu’au bout**, un membre du groupe socialiste de GENAPPE aura continuellement manifesté une louable prudence, voire courageusement assumé à plusieurs reprises une indépendance d’esprit qui mérite amplement d’être remarquée.

Sans ne sacrifier en rien notre démarche volontairement apolitique, nous tenons à nous en faire ici l'écho.

Tant elle est exceptionnelle dans une ambiance décisionnelle au niveau communal qui (de notre point de vue d'électeur) semble réduite, d'une part à des représentants de la majorité libérale tenus de suivre, le petit doigt sur la couture du pantalon, ce que d'aucuns appellent la « ligne COURONNE »***, tandis que d'autre part, les membres de l'opposition sont systématiquement réduits à un rôle de figuration.

Muselés et dont la parole dérangeante n'est que très rarement écoutée, sur des points d'ailleurs anecdotiques.

Quand - si ! - toutefois on la leur laisse...  

Dans cette démocratie locale confisquée, Jean-François MITSCH avait donc fréquemment pris la parole pour émettre ses sérieux doutes, voire même émis des votes d'abstention dans des domaines où des considérations de pure politique politicienne auraient amenés d'autres, mûs par une vision à court terme et sans souci aucun pour la protection des intérêts des habitants de GENAPPE, à rentrer sagement dans le rang. 

En date du 18 juillet dernier, Jean-François MITSCH transmettait donc au Bourgmestre Gérard COURONNE, à sa Directrice Générale et au Collège Communal, le mail suivant, que nous reproduisons dans son intégralité. 

« Crèche de BOUSVAL : risque pour la santé des enfants

Suite à mes remarques sur l'implantation de la crèche et la proposition architecturale très décevante selon mes remarques.

J'ai reçu d'autres informations méritent notre attention sans délai.

Il semblerait que des problèmes de santé existent pour les enfants qui habitent le long de voirie à grande fréquentation.

Je me posais la question du bruit pour des raisons de santé, mais d’autres éléments polluants me posent question (2 articles ci-dessous, qui font eux-mêmes références à d'autres nombreuses études).

extrait: « Cette étude, s’appuyant sur des données de registre et un taux de participation des mères de 71,2 %, menée à l’échelle nationale, portant sur 11 millions d’enfants, et où les témoins étaient représentatifs de la population pédiatrique française en termes de catégorie socio-économique et de statut urbain/rural, suggère que le fait d’habiter près d’une route à grande circulation augmente le risque leucémie de l’enfant. L’observation de légères relations dose-risque plaide en faveur d’une association causale. Ces résultats appellent des études complémentaires prenant en compte les expositions vie entière au trafic routier, au benzène, et à d’autres émissions liées à la circulation routière (aux gaz d’échappement des moteurs diesel et à ceux des moteurs à essence, par exemple, classés respectivement cancérogène probable et cancérogène possible par le CIRC). »

Fort de ces informations, je souhaiterais connaitre les raisons qui poussent la commune a implanter malgré tout cette crèche à cet endroit-là. En sachant qu'il existe sur la commune de nombreuses alternatives plus proches des centres et dans des environnements plus sains pour la santé de nos enfants.

Je souhaiterai que la commune démontre que les pollutions subies sur ce site ne sont pas dommageables pour la santé d’enfants et que comme demandé une étude de bruit soit réalisée, puisque celle-ci est possible techniquement (ces simulations sont réalisées dans des études d’incidences quotidiennement).

Comprenez par cet email l'urgence avec laquelle il faut traiter ces éléments, en osant plus que jamais appliquer le principe de précaution, sans quoi c'est bien votre responsabilité qui sera engagée »

Des questions auxquelles il nous informa par la suite n'avoir reçu que des réponses laconiques...

(à suivre)

* Elections communales du 14 octobre 2012 et Journal de GENAPPE d'octobre 2012 ci-dessous 

**  nous aurons encore l’occasion d’y revenir

*** site de ECOLO GENAPPE, Chronique du Conseil Communal du 24 novembre 2015 : « Ce que je peux surtout remarquer, c’est le manque de créativité sur les projets, on n’a pas l’air de chercher des solutions alternatives ou si peu et l’on se contente de suivre la ligne Couronné ou obligé de la subir dans l’opposition ! »

JOURNAL DE GENAPPE Octobre 2012

Poids lourds sur le pont du Point du Jour, 12 septembre 2016

Poids lourds sur le pont du Point du Jour, 12 septembre 2016

Poids lourds sur le pont du Point du Jour, 12 septembre 2016

Poids lourds sur le pont du Point du Jour, 12 septembre 2016

Poids lourds sur le pont du Point du Jour, 12 septembre 2016

Poids lourds sur le pont du Point du Jour, 12 septembre 2016

Poids lourds sur le pont du Point du Jour, 12 septembre 2016

Poids lourds sur le pont du Point du Jour, 12 septembre 2016

commentaires

Crèche de BOUSVAL : un honteux mensonge (1)...

Publié le 9 Décembre 2016 par dominique VANESPEN dans GENERALITES

Qui ne sera pas sans conséquences...

Pourtant la cause semble bien être entendue.

Le journal officiel l’a annoncé dans son édition du mois de décembre.

Dans l’indifférence et l’apathie générales, la commune de GENAPPE va donc très prochainement entamer les travaux de construction d’une crèche au Point du Jour, sur les hauteurs du village.

Les autorités mettront ainsi à exécution leur projet, dont nous avons tenté de démontrer à quel point il était éminemment contestable.

A proximité immédiate d’une quasi-autoroute.

Sous son bruit infernal et permanent, dont la présence obsédante constitue une menace incompréhensible pour des enfants en très bas âge, telle qu’elle est fortement déconseillée par toutes les études sérieuses faites en la matière.

Avec sa pollution atmosphérique vraisemblablement phénoménale, d’un charroi pléthorique constitué de nombreux poids-lourds en montée, que les autorités - Bourgmestre Gérard COURONNE en tête - minimisent, voire balayent d’un revers de la main sans la moindre étude préalable, comptant indécemment sur la direction du vent pour en protéger ces mêmes enfants en bas âge autant que le personnel.

Dans une zone suspectée d’émanations de radon, danger grave et sournois particulièrement mis en évidence ces dernières semaines, sans que rien n’ait été manifestement prévu pour en protéger ces mêmes occupants.

Avec sa situation inhospitalière, par sa vue sur un cimetière comme seul avant-plan, qu’on voudrait occulter pour détourner l’attention en vantant futilement le paysage bucolique mais très lointain de chapelle-historique-sur-fond-de-campagne-environnante.

Sur les hauteurs, exposée à tous vents, pratiquement inaccessible pour des personnes ne disposant pas de voiture, ou même par des moyens plus légers tels que le vélo (option totalement irréaliste, n’en déplaise à certains), avec la circonstance aggravante d’être techniquement isolée, non seulement des transports en commun mais également de toute l’infrastructure scolaire, maternelle et primaire, du village.

Après un long silence forcé, pour des raisons d'emploi du temps, nous avons décidé de reprendre nos publications à un rythme accéléré*.

Non seulement sur la sécurité routière, qui reste notre cheval de bataille et où tout reste encore à faire, mais aussi sur ce sujet lamentable, en attirant l'attention de nos lecteurs sur quelques dernières vérités qui ne seront peut-être pas bonnes à dire, mais que nous estimons être notre devoir moral d'en faire part à qui voudra bien nous lire. 

En espérant votre juste compréhension !

(à suivre)

* quelques heures tout au plus ! 

commentaires

Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (fin)

Publié le 20 Novembre 2016 par dominique VANESPEN dans AUTRES

Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (fin)

En guise de mise en bouche...

Comme annoncé sur un réseau social bien connu, nous avons longuement été réduits au silence par quelques impératifs incontournables : un déménagement (professionnel) et des travaux (privés) qui n'en finissent pas...

Avant d'entamer une nouvelle série d'articles sur des thèmes plus sérieux - la sécurité routière, mais d'autres également, qui donneront une idée de la hauteur à laquelle s'élève actuellement la politique communale à GENAPPE (joke) - voici quelques autres photos engrangées lors d'une visite du jardin du docteur PEETERS à BOUSVAL.

Quatre heures de travail par jour, l'avions-nous entendu préciser à l'époque, ce qui n'avait évidemment rien pour surprendre. 

Pour un dernier plaisir des yeux donc, pas seulement pour les couleurs d'ailleurs, mais aussi pour les formes...

Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (fin)
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (fin)
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (fin)
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (fin)
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (fin)
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (fin)
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (fin)
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (fin)
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (fin)
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (fin)
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (fin)
commentaires

FLASH INFO : bientôt des radars fixes pour GENAPPE !

Publié le 5 Novembre 2016 par dominique VANESPEN dans AVENUE DES COMBATTANTS (du fond du court)

Montée de la rue Point du Jour à BOUSVAL, mercredi 5 novembre 2014. Photo D VANESPEN

Montée de la rue Point du Jour à BOUSVAL, mercredi 5 novembre 2014. Photo D VANESPEN

Et pour l'Avenue des Combattants même...

Du concret pour la sécurité routière dans la traversée de BOUSVAL : une avancée très tangible donc, avec la perspective réelle de voir des radars installés à perpétuelle demeure. 

Avouons-le sans réserve : notre surprise fut grande de recevoir ce jeudi, avant-hier donc, un mail émanant du chef de la ZONE DE POLICE NIVELLES-GENAPPE, le Commissaire divisionnaire Pascal NEYMAN.

Egalement adressé à Gérard COURONNE, Bourgmestre de GENAPPE de même qu'au Commissaire Chef de Service de la Zone et au - tout nouveau - responsable du service Proximité à GENAPPE (respectivement Antoine PIRENNE et Lionel HANNAERT), il annonçait les mesures que les autorités entendent instaurer en vue de renforcer drastiquement la sécurité dans leur secteur, avec pour cibles privilégiées les centres urbains et traversées villageoises.  

Rétrospectivement et pour avoir croisé plusieurs fois l'intéressé lors de rencontres sur le thème de la sécurité routière*, qui nous avait laissé l'impression d'une bonne volonté et d'un professionnalisme évidents bien que bridés par des contraintes diverses de faisabilité pratique (dont le public n'est forcément pas toujours conscient), notre étonnement est d'ailleurs finalement très relatif.

Véritable souhait de communication il y a donc, et intentions fermes de prendre le problème à bras le corps par des actions sur le terrain également.

Nous prendrons sans doute prochainement le temps d'analyser un peu plus en détail les informations qui viennent de nous être agréablement fournies, mais nous pensons judicieux de publier d'ores et déjà cette communication telle quelle, en espérant qu'elle parviendra rapidement au plus grand nombre. 

Par ailleurs, n'ayant jamais eu la moindre intention de polémiquer sur ce site, nous pensons pouvoir affirmer qu'elle traduit en tout cas de la part de nos autorités, non une simple promesse de circonstance, mais un engagement ferme à finaliser à terme rapproché un programme de sécurisation routière crédible et de nature à modifier durablement les comportements. 

Dont acte. 

A charge d'ailleurs pour le public et usagers de tous bords de faire aussi désormais leur part d'efforts dans un domaine qui nous concerne tous au quotidien... 

Extrait : 

Bonjour 

J'ai lu avec attention vos articles.

Les autorités communales et moi-même sommes convaincus que la sécurisation de l'Avenue des Combattants est une priorité.

Vous estimez que les contrôles radars ne sont pas assez nombreux. Je peux vous répondre qu'ils sont très réguliers mais que, en effet, leur nombre n'est pas suffisant pour augmenter le risque subjectif d'être pris. Bien malheureusement.

Comme vous le répétez, notre intention est donc de placer des radars répressifs fixes en divers endroits de la commune. Notre volonté est de commencer avec deux radars sur Genappe en 2017 et de poursuivre l'opération dans les années qui suivront pour occuper progressivement la plupart des axes dangereux.

Il semble évident que l'Avenue des Combattants entrera dans les priorités pour le placement d'un radar en 2017. Je vous confirmerai néanmoins le choix une fois que celui-ci sera fait avec les autorités (administratives et judiciaires).

Je maintiens néanmoins les trois obstacles que vous reprenez dans vos articles. J'ose espérer qu'ils ne seront plus de mises prochainement.

Pour votre bonne information à ce sujet, sachez que:

- L'aspect financier sera levé dès cette année puisque le budget est proposé dans ce cadre au prochain conseil de police (total 180.000 euros pour les deux Villes pour 2017). Comme annoncé précédemment, j'espère que le marché public que la Wallonie souhaite ouvrir aux zones de police mais qui a été retardé de plusieurs mois pour des raisons techniques (je réponds par ce biais à votre question) permettra des économies d'échelle et, par conséquent, l'achat de radars supplémentaires.

Mais retenez que, marché public de la Wallonie ou pas, notre zone acquerra ces radars en 2017.  

- L'aspect personnel risque d'être aussi levé puisque nous travaillerons avec la police fédérale, qui nous fournira l'appui nécessaire, sous réserve d'une rétribution financière bien évidemment.

- L'aspect poursuite par le Parquet est encore à régler mais l'utilisation de caméras radars interchangeables de poteaux en poteaux (comme également repris dans vos articles) permettra un effet dissuasif tout en n'augmentant pas excessivement le nombre de PV.

En ce qui concerne les panneaux zone 30, je charge ma directrice des ressources matérielles de corriger le problème au plus vite et de vous apporter les explications complémentaires.

Comme vous l'avez compris, rien n'est jamais gratuit. Les investissements sont lourds mais apporteront, nous l'espérons, une solution durable.  

Bien à vous

Pascal NEYMAN

Commissaire divisionnaire

* dans les locaux de la commune de GENAPPE, réunion consacrée à la traversée de BOUSVAL (Avenue des Combattants) et sur le terrain, lors de l'étude d'un aménagement de la rue Point du Jour 

commentaires

Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (suite)

Publié le 1 Novembre 2016 par dominique VANESPEN dans AUTRES

Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (suite)

INTERLUDE

La météo de ces derniers jours étant une véritable aubaine - pour une fois, difficile de parler d'un « temps de Toussaint » -, nous avons mis ce long week-end à profit pour effectuer une première vague de remise en ordre et de plantations diverses, ce qui a réduit d'autant le rythme de nos publications.

Ce n'est toutefois que très temporaire, mais l'occasion de rester sur le même sujet en poursuivant notre visite d'un autre jardin de BOUSVAL, bien plus enchanteur que le nôtre !

Même si nous faisons beaucoup d'efforts en ce sens...

Photos D VANESPEN

Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (suite)
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (suite)
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (suite)
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (suite)
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (suite)
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (suite)
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (suite)
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (suite)
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (suite)
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (suite)
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS (suite)

(à suivre)

commentaires

Crèche au Point du Jour et écologie (2)...

Publié le 27 Octobre 2016 par dominique VANESPEN dans GENERALITES

Site de nidification dans le port d'ANVERS. Photo D VANESPEN

Site de nidification dans le port d'ANVERS. Photo D VANESPEN

La position écologiste...

L’année dernière à cette même époque, nous nous étions adressés aux principaux représentants de l'Opposition politique de et à GENAPPE.

Dans le cadre du présent site d’information, quoique essentiellement consacré à la sécurité routière et à la convivialité dans le village de BOUSVAL, nous souhaitions les interroger sur un autre sujet d'actualité : le projet de crèche communale au Point du Jour.

Faisant référence aux récentes démarches citoyennes que nous avions entreprises auprès de plusieurs Ministres de la REGION WALLONNE - ceux qui étaient compétents à divers titres dans la matière de l’Accueil de la Petite Enfance - nous faisions état des réponses circonstanciées que nous avions obtenues desdits mandataires, selon lesquelles certains aspects du projet méritaient que la question du choix même de son emplacement ne soit réexaminée par la VILLE DE GENAPPE.

Nous attirions également leur attention sur le fait que les modalités pratiques d’une éventuelle modification, moyennent le maintien du bénéfice des subventions régionales, avaient même été communiquées à cette dernière*.

Comprendre : chercher un lieu plus adéquat ne porterait pas préjudice à l’obtention des subsides...

Pour l’information de nos lecteurs, nous invitions donc les membres de l’opposition communale à nous faire connaître leur position, et les intentions de leur formation politique en ce qui concerne l’ensemble de ces questions. 

Par la voix de son Secrétaire politique, ECOLO GENAPPE n’avait pas tardé à réagir, en se déclarant « d’accord sur le constat que l’endroit pour implanter cette crèche est très mal choisi ».

Précisant que nous avions « correctement listé les raisons de ne pas la faire à cet endroit », la formation justifiait toutefois son vote favorable en invoquant le grand besoin de places pour les enfants de la commune, avec pour corollaire la nécessité de ne laisser passer le fait d’avoir des places supplémentaires en crèche.

Et de poursuivre : « Mais l'endroit ne nous plaisait pas. Nous lisons que le ministre parle des modalités relatives à la modification du lieu de l’implantation. Nous espérons donc que cette localisation sera revue. Nous pousserons en tout cas la majorité en ce sens » (sic).

Face à cette réponse, nous invitions dès lors le groupe écologiste à nous tenir informés des initiatives qu’il aurait prises dans ce dossier.

C’était le 14 novembre 2015.

A peine dix jours plus tard se tenait un Conseil Communal de GENAPPE au cours duquel, dans la rubrique « divers », un représentant humaniste interpella la majorité libérale sur l’existence de nombreuses « discussions sur l’emplacement de la crèche à BOUSVAL ».

De cette possibilité soudaine d’ouverture d’un possible débat, il faut (selon les « Chroniques » même du site ECOLO GENAPPE) retenir deux choses marquantes.

La réponse du Bourgmestre Gérard COURONNE, toute en nuances dans son argumentation détaillée quant à la qualité incontestable de son projet au Point du Jour : « elle restera là » (sic).

Et l’absence totale de réaction des écologistes !

Là où ils n’auraient précisément pas pu trouver meilleure opportunité de concrétiser leur intention déclarée de remettre en cause un tel choix.

Incompréhensible...  

(à suivre)

* pour rappel, la réponse du Ministre Wallon :

« Nous devons bien constater que les critères auxquels vous faites référence dans votre courriel, à savoir l’accessibilité d’une part, et le bruit d’autre part, n’étaient pas repris dans ceux retenus par les différentes administrations, davantage portés sur l’agencement et les normes auxquelles le bâtiment devait répondre.

Si nous pouvons le regretter aujourd’hui, il n’en demeure pas moins que ce projet répondait à l’appel lancé dans le cadre du plan Cigogne, raison pour laquelle il a été retenu.

Néanmoins, suite à un contact pris avec les cabinets du Ministre Wallon en charge des infrastructures de la petite enfance et du cabinet de la Ministre de la Fédération Wallonie- Bruxelles, en charge de l’accueil de la petite enfance, il apparaît que la ville de GENAPPE se soit interrogée sur les conséquences, dans le cadre du présent appel, d’une modification de l’implantation de la crèche. Il semble qu’il y ait donc une prise de conscience des instances communales sur l’opportunité de la localisation initialement choisie et d’une éventuelle modification de celle-ci ».

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>