Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog est destiné à servir de support à des actions et des échanges relatifs à l'insécurité routière et aux nuisances sonores liées au trafic dans l'entité du village de BOUSVAL (BRABANT WALLON)

A l'Ouest, rien de nouveau (2) !

Publié le 3 Novembre 2014 par dominique VANESPEN in AVENUE DES COMBATTANTS (du fond du court)

Mais encore ?

Poursuivant l'examen des "propositions d'action" telles qu'elles étaient formulées pour la traversée de BOUSVAL dans le "PLAN COMMUNAL DE MOBILITE" actuellement soumis à enquête publique, je continuais donc très récemment à chercher des éléments susceptibles d'aboutir au résultat escompté, la réduction effective et permanente de l'allure des véhicules, tous types confondus, sur toute la longueur de l'Avenue des Combattants.

Si l'objectif clairement défini était de "mieux marquer l’entrée dans l’agglomération et maitriser les vitesses dans la traversée", les moyens envisagés pour ce faire me semblaient tout, sauf d'une nature convaincante.

Hormis les deux plateaux devant les écoles, dont nous avons dit tout le bien car leur seul défaut est finalement d'être très ponctuels et de ne pas avoir déjà été réalisés sur place depuis belle lurette, et outre quelques accessoires çà et là sur lesquels nous reviendrons plus tard (tels que les panneaux d'agglomération et les "radars préventifs existants", à propos desquels la question se pose sérieusement de savoir s'ils ne devraient pas être eux-mêmes déplacés), quels aménagements structurels avaient-ils été prévus en la matière ?

BANDE CENTRALE ("maîtriser les vitesses")

Dans un sens comme dans l'autre, la "mise en place d’une bande de rétrécissement centrale pour réduire visuellement la voirie" nous semble dérisoire, d'un effet purement cosmétique, tant il est patent que ce ne sont généralement pas quelques couches de peinture - peu importe le choix de la couleur - qui sont de nature à réduire les ardeurs des automobilistes, sans même parler des motards qui représentent une autre problématique à part entière.

Par contre, la peur pour ses amortisseurs est pour tout conducteur un argument autrement plus convaincant, une crainte qui ne pourrait être générée que par l'instauration d'ilots centraux - en "dur" s'entend - même de faible hauteur mais disposés à intervalles très réguliers, tels qu'on peut en observer dans d'autres localités, à l'approche de la ville d'OTTIGNIES par exemple.

S'il fallait d'ailleurs relativiser l'efficacité de la solution purement visuelle, je ne citerais que cette même route RN237, mais dans son prolongement immédiat entre BOUSVAL et WAYS.

Sur ce tronçon, malgré la présence d'une double rangée d'arbres à intervalles rapprochés situés de part et d'autre de la chaussée, qui augmentent pourtant l'impression de vitesse, et nonobstant le rétrécissement physique engendré par l'accotement herbeux d'un côté et l'obstacle de la piste cyclable surélevée de l'autre, les vitesses affichées par les véhicules se croisant à quelques petites dizaines de centimètres de distance ne semblent en rien être affectées par une telle disposition.

La dangerosité intrinsèque de cette chaussée n'est d'ailleurs plus à prouver, au regard des très graves accidents qui y sont survenus ces quinze dernières années.

En définitive, sur la question de la longueur, une bande de rétrécissement centrale dans la traversée de BOUSVAL n'aura de sens et d'efficacité que si elle est réalisée au moins en partie au moyen de matériaux solides, et non simplement tracée dans ses limites par de la peinture.

ENTREES DU VILLAGE ("mieux marquer l'entrée dans l'agglomération")

Avant même cette question de la traversée, les accès de part et d'autre de BOUSVAL, côté GENAPPE et côté COURT-SAINT-ETIENNE, doivent faire l'objet de mesures structurelles spécifiques.

Alors que nous ne percevons dans les propositions du "PLAN COMMUNAL DE MOBILITE" aucun dispositif qui serait installé aux deux extrémités du village et qui serait de nature à instaurer le (désormais célèbre) "effet de porte".

Cette lacune est d'autant plus curieuse que ce sont précisément des aménagements de type "lourd" qui sont prévus dans le projet relatif à la traversée du village de HOUTAIN-LE-VAL : non seulement des "glissières en bois, marquage central plus shlam rouge, schlammage tranversal de couleur, éclairage" mais aussi des "coussins berlinois mis côte à côte et de 3 m de longueur".

A deux problématiques très semblables, deux solutions techniques fort différentes ?

Dans ce cas, ne parlons pas d'une cohérence d'ensemble !

REMARQUE

Curieusement, nous constatons même que les images utilisées pour l'illustration de l'Avenue des Combattants à hauteur de la Place de la Gare ne sont pas des clichés pris récemment sur le terrain, mais des photographies extraites en réalité du service "Street View" de GOOGLE MAPS et datées du mois de mai 2009.

Périmées...

Vieilles de 5 ans, leur pertinence et leur actualité sont d'autant plus contestables que le village a entretemps subi une forte extension dans le sens de COURT-SAINT-ETIENNE, ce qui n'est pas sans incidence sur la définition même de l'agglomération et, partant, de la zone d'application de la vitesse maximale correspondante.

CONCLUSION (toute provisoire)

Dans la mouture actuelle du "PLAN COMMUNAL DE MOBILITE" pour ce qui concerne l'Avenue des Combattants à BOUSVAL, les propositions d'action sur le terrain sont des approches minimalistes qui nous semblent totalement insuffisantes à atteindre les objectifs annoncés.

Sans rien de franchement nouveau ni a fortiori de résolument novateur, le projet manque cruellement d'audace en ce qui concerne la traversée du village.

Il n'exprime même à notre sens aucune volonté, ni aucune détermination véritable à aborder de front le problème de la vitesse excessive en vue de tout faire pour le résoudre.

Puisque la possibilité vous en est offerte dans le cadre de l'enquête publique, nous vous proposons donc de réagir si vous le souhaitez.

Nous vous ferons bientôt part du contenu précis de nos propres demandes, telles qu'elles seront adressées très prochainement à la COMMUNE DE GENAPPE.

(à suivre)

Commenter cet article