Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog est destiné à servir de support à des actions et des échanges relatifs à l'insécurité routière et aux nuisances sonores liées au trafic dans l'entité du village de BOUSVAL (BRABANT WALLON)

SCOOP : à GENAPPE, 340.000 euros encore inutilisés (2) !

Publié le 30 Janvier 2015 par dominique VANESPEN in RUE POINT DU JOUR (histoire d'une inaction obstinée)

Non, apparemment aucune erreur...

Après nous être tardivement intéressés aux finances communales de GENAPPE, du moins en prenant connaissance des nuances qu’il convient de discerner entre les futures dépenses de voiries auxquelles il sera vraisemblablement sacrifié dans l’entité encore cette année, nous avions tenté de réparer notre distraction coupable en poursuivant la lecture attentive du dernier Journal officiel.

Nous nous étions donc plongés dans son étude cette fois plus minutieuse, en commençant tout logiquement par le début, à savoir le « mot du Bourgmestre ».

Celui-ci nous informait que le Conseil Communal venait d’approuver le budget pour l’année 2015, dont il résultait cette heureuse nouvelle qu’un boni devait permettre de financer certains investissements sur fonds propres - sans recourir à l’emprunt donc -, ce afin de concrétiser les principaux axes de la Déclaration de Politique Communale...

Parmi les quelques domaines où d’importants crédits étaient prévus figurait naturellement en bonne place le budget alloué au service des travaux pour la rénovation et l’entretien des voiries, notre Bourgmestre ne pouvant s’empêcher de rappeler une fois encore que GENAPPE est la commune la plus étendue du Brabant Wallon, forte de ses « quelques* » 400 km de routes équipées de leurs 10.000 avaloirs.

Et de conclure que le Collège Communal poursuivait ses objectifs « en concertation avec tous », grâce aux différentes démarches participatives et autres réunions dans lesquelles les citoyens sont de plus en plus nombreux à s’impliquer.

Après une telle alléchante entrée en matières, nous avions poursuivi notre lecture du dernier Journal communal pour nous arrêter soudain - choc des photos à l’appui - sur l’article consacré aux mérites certes fort méconnus du service des travaux de la ville de GENAPPE, dont les ouvriers travaillent dans l’ombre, bien que parfois fort exposés au grand soleil.

Un pur hasard ou un choix délibéré voulut que fussent* choisies en guise d’illustrations de cette proactivité constante du personnel affecté aux voiries deux photographies en couleur d’interventions récentes qui avaient été effectuées sur le muret décoratif situé en haut de la rue qui passe devant l’église de BOUSVAL, officiellement dite « Place communale ».

Sinon pulvérisée, cette construction en pavés avait du moins été en partie démolie au début de l’année dernière lors d’un accident survenu, cette fois vu dans l’autre sens, en bas de la descente de la rue Point du Jour, celle-là même qui finira bien par devenir célèbre - vous pouvez compter sur nous - si l’inertie des autorités locales venait encore à se prolonger.

Car toujours pour en revenir à cette problématique de circulation, et bien que de très récents développements nous permettent d’entrevoir une amélioration notable dont nous nous ferons immanquablement l’écho dès que possible, nous ne pouvons nous empêcher de craindre l’enlisement, à savoir que de futurs aménagements provisoires en matière de sécurité - pour autant qu’ils fussent** rapidement réalisés sur le terrain -, ne deviennent à la longue définitifs à défaut d’y avoir suffisamment pris garde.

Au risque donc de paraitre esprit chagrin, nous entendons veiller à ce que la question d’une réfection en profondeur de la rue Point du Jour, associée à sa sécurisation optimale, ne viennent pas à être remises aux calendes grecques, la commune de GENAPPE ne pouvant décidément plus tergiverser mais au contraire se devant de prendre le problème à bras le corps par un investissement à long terme, en vue d’apporter une fois pour toutes aux riverains une solution permanente qui soit à la hauteur de leurs attentes.

Ce qui nous amène à poursuivre un peu plus loin notre raisonnement.

Aussi étonnant que cela puisse paraître de prime abord, mais pourtant tel que publié dans le dernier Journal de la commune de GENAPPE, son « budget extraordinaire » pour cette année 2015 - entendre par-là hors dépenses normales de fonctionnement et charges courantes - comprendra bien une somme substantielle de quelque 340.000 € qui devraient servir à réaliser des « travaux de voirie », sans que ces derniers n’empiètent sur les autres 500.000 € par ailleurs programmés dans le cadre des subsides du Fonds d’Investissements.

A la (re)lecture du « mot » de notre Bourgmestre, la tentation est dès lors pour nous devenue trop forte, voire quasiment irrésistible, de - précisément - le prendre au mot !

Et de revenir sur cette réunion qui fut organisée à la commune de GENAPPE en date du 13 mars 2014, au cours de laquelle il avait formellement émis la promesse de s’attaquer à la question de l’insécurité et des nuisances de la rue Point du Jour, en s’engageant à répondre aux attentes exprimées par la mise au budget 2015 d’une réfection totale de cette voirie...

D’ailleurs, en définitive, notre Bourgmestre pourrait-il rêver plus belle occasion pour lui de clouer le bec à tout détracteur potentiel qui viendrait l’accuser de ne point être un homme de parole ?

Mais pour ce qui est de savoir s’il va la saisir, un proche avenir nous le dira.

Car lui seul en ce moment peut connaitre la réponse...

(à suivre)

* nous en avons, quelques réserves, de notre côté

** mais d’où peut bien provenir cette manie du subjonctif imparfait ?

Commenter cet article

Marie-Rose PETIJEAN 31/01/2015 17:49

L’imparfait du subjonctif est l’une des beautés cachées de notre langue et il est entre autres le temps de l'irréalisé ! Espérons qu'il n'en sera rien en cette occurrence !

D VANESPEN 31/01/2015 17:51

Il ne tient qu'à certaines personnes de la Commune de GENAPPE que je puisse un jour employer le plus-que-parfait de l'indicatif : par exemple, les autorités avaient tenu leur promesse de régler le problème de la rue Point du Jour.