Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog est destiné à servir de support à des actions et des échanges relatifs à l'insécurité routière et aux nuisances sonores liées au trafic dans l'entité du village de BOUSVAL (BRABANT WALLON)

Du bricolage pour une crèche... (1)

Publié le 3 Septembre 2015 par dominique VANESPEN in RUE POINT DU JOUR (histoire d'une inaction obstinée)

Coûteux gâchis ou énorme gaspillage...

La problématique de l'accueil de la petite enfance n'est pas simple, loin s'en faut.

Nul ne s'aventurerait à nier ni même à minimiser cet épineuse question, la responsabilité incombant aux autorités politiques de répondre à la demande en lui apportant les solutions concrètes les plus rationnelles et les plus adéquates, sur tous les aspects qu'il convient de prendre en considération.

Ce qui précède n'implique pas seulement la qualité et l'efficacité des services offerts aux citoyens, dans des conditions de confort et de sécurité optimales, mais également leur accessibilité (tant financière que géographique) pour le plus grand nombre des habitants de l'entité, de même que leur - sinon parfaite, du moins - meilleure adéquation possible avec les contraintes environnantes et environnementales.

Dans l'état actuel des choses, les places d'accueil offertes par la Commune de GENAPPE se limitent malheureusement à une crèche de 24 lits dans le centre-ville, au sein de l'Espace 2000 (dite "Les Petits Bateaux") et d'une autre plus modeste de 16 lits dans le centre de BOUSVAL, sur l'Avenue des Combattants (dite "Les Flibustiers").

Quelle n'allait toutefois pas être la surprise pour certains résidents du village d'apprendre que la VILLE de GENAPPE nourrissait le projet d'y faire construire une nouvelle crèche d'envergure, car de 42 lits celle-là, ce cent mètres au-dessus de la précédente, à un endroit situé au sommet de la rue Point du Jour, juste à côté du cimetière.

Au-delà de cette très heureuse nouvelle - dans l'absolu - de voir naître (terme choisi) dans l'entité l'espoir d'une augmentation substantielle des capacités d'accueil de la petite enfance, une perspective dont personne ne conteste la nécessité, le choix d'un tel emplacement avait de quoi interpeller.

D'autant plus d'ailleurs que les autorités communales poussaient l'audace jusqu'à offrir comme seul lieu d'implantation envisageable le sommet d'une voirie villageoise à propos de laquelle de graves problèmes récurrents de sécurité routière leur avaient régulièrement été dénoncés par les riverains, depuis de très nombreuses années et preuves à l'appui, de même que constatés et objectivés par - les radars de - la Police, sans que cette insistance ne rencontre le moindre intérêt au-delà des réponses de forme, toujours très polies il est vrai.

Certes, de nouvelles promesses en la matière ont été entre-temps réitérées, manifestement pour faire taire toute contestation et surtout tuer dans l’œuf toute velléité d'opposition locale au projet de crèche, sans que les engagements fermes pris après - suite à - une pétition en fin d'année dernière et - qui sait - la création de ce site n'aient été traduits dans un simple commencement d'exécution, du moins au moment d'écrire ces quelques lignes...

Présentée en tout cas comme la panacée en matière d'accueil de la petite enfance, cette future crèche de prestige suscite en ce qui nous concerne de nombreuses interrogations, sur lesquelles nous souhaitons nous pencher dans cette série d'articles.

Déjà, sauf à considérer que les autorités locales n'envisagent de la maintenir en fonctionnement, ce qui paraît très peu probable vu les déclarations actuelles, l'unité existante fermerait donc ses portes.

Pourtant, lors de sa création qui remonte maintenant à une bonne vingtaine d'années, la crèche de BOUSVAL avait été présentée - parmi ses nombreuses qualités dont la première était évidemment le simple mérite d'exister - comme répondant à un besoin essentiel de proximité.

En l'occurrence, elle était idéalement située, attenante ou quasi-contiguë aux locaux de l'école maternelle et de l'école primaire, sans négliger les avantages pratiques de l'accessibilité immédiate, son emplacement donnant directement sur la route provinciale RN237, outre les multiples facilités de parking offertes par la Place de la Gare.

Nul besoin d'être grand clerc pour percevoir les avantages que procurait une telle situation privilégiée, ni devin pour imaginer que l'itinéraire scolaire des enfants était, du moins pour les parents qui le souhaitaient, une voie toute tracée.

A ce propos et tout récemment encore, n'a-t-on pas inauguré une nouvelle école maternelle dans le village de WAYS, précisément vantée comme incarnant l’offre d'une continuité avec l'école primaire ?

Crèche communale, école maternelle et école primaire réunies en un seul endroit, quoi de plus logique...

Mais soyons plus concrets.

Il ne faut pas être mathématicien chevronné (non plus) pour se faire une idée des besoins que rencontre l’entité de GENAPPE en matière de structure d’accueil pour la petite enfance.

Au-delà des chiffres tels qu’ils nous sont avancés par les autorités locales, toujours livrés à la grosse louche, nous nous en tiendrons quant à nous à des données tout aussi objectives : les statistiques de naissances telles qu’elles sont publiées mensuellement dans le Journal officiel de GENAPPE, des données par ailleurs calquées sur les registres de l’Etat Civil.

Entendons-nous bien : il s’agit moins de l’endroit exact où se tint "l’heureux événement", du lieu matériel en lui-même, que de la situation effective des parents, à savoir leur résidence permanente.

Pour l’année 2014, ont ainsi été dénombrées dans l’ensemble de l’entité de GENAPPE 177 naissances, pour un total de 167 au cours de l’année 2013, de même que 76 peuvent jusqu’à présent être recensées durant les six premiers mois de l’année 2015.

Sauf erreur matérielle qui serait involontaire de notre part autant que fort modique, le total s’élève pour ces deux dernières années et demie à 420 enfants en (très) bas âge.

Si l’on avait toutefois l’audace d’affiner ces chiffres, il apparaitrait que les naissances correspondant au village de BOUSVAL furent respectivement, dans l’ordre précédent, de 42 bambins pour l’année 2014 et de 34 pour 2013, actuellement arrêtées à 14 pour la première moitié de cette année 2015.

Ce qui correspond à un total de 90 naissances répertoriées.

Nonante à BOUSVAL sur quatre-cents vingt pour l'ensemble de GENAPPE...

Vu sous un autre angle, il apparait donc que plus des trois-quarts des enfants dans l’entité du « grand » GENAPPE sont nés - au sens décrit ci-dessus - en dehors du village de BOUSVAL

(à suivre)

Commenter cet article