Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog est destiné à servir de support à des actions et des échanges relatifs à l'insécurité routière et aux nuisances sonores liées au trafic dans l'entité du village de BOUSVAL (BRABANT WALLON)

Du bricolage pour une crèche... (3)

Publié le 12 Septembre 2015 par dominique VANESPEN in RUE POINT DU JOUR (histoire d'une inaction obstinée)

Du bricolage pour une crèche... (3)

Encore quelques chiffres...

"Au sommet de la rue Point du Jour, juste à côté du cimetière de BOUSVAL"

Si cette description s'avère effectivement exacte, les autorités se sont bien gardées jusqu'à présent de préciser que le site arrêté par elles comme lieu d’implantation de leur future nouvelle crèche communale se trouve à une distance très relative de la RN25.

Celle-là même qui traverse notre village de part en part, reliant grosso modo WAVRE à NIVELLES mais qui par ailleurs, bien qu’elle ne soit techniquement pas une autoroute, constitue une voie rapide à 4 bandes de circulation, qui donc en présente toutes les caractéristiques autant que les principaux inconvénients.

Entendez par là (notamment) en termes de pollutions sonore et atmosphérique.

A tout casser, moins de 150 mètres sépareraient l'entrée de la crèche de cette voirie !

Et c'est là que le bât blesse.

Car prétendre que le choix d'implantation du Point du Jour représente un environnement particulièrement sain voire champêtre, favorable et même idéal pour des enfants en (très) bas âge - entre 0 et 3 ans -, est à notre sens hautement contestable, et devrait de toute manière faire l'objet de vérifications préalables circonstanciées.

Tout qui d’ailleurs se posterait à hauteur du futur complexe, juste devant le terrain projeté pour sa construction, pourrait déjà se rendre compte non sans surprise du niveau sonore élevé et obsédant que cette voirie engendre en permanence.

Aucune réserve ne semble jusqu'à présent avoir été émise par quiconque sur cet aspect précis, ni celui les nuisances sonores, ni par ailleurs - plus grave encore - quant aux taux de pollution potentiellement inquiétants qui sont immanquablement provoqués par cette circulation constante et extrêmement soutenue, aussi bien sur un plan quantitatif, au nombre et au gabarit des véhicules, qu’en termes de vitesses observées.

Souvent supérieures à 120 km/h, inutile de se leurrer à ce propos...

Pouvant raisonnablement penser en outre qu’une telle circulation ne va jamais s’amoindrir à l'avenir - que du contraire ! -, l’environnement présent et futur du projet d'un accueil prétendument douillet et sécurisé pour la petit enfance s’avère selon nous beaucoup moins favorable qu’il n’y parait ou, en tout cas, que voudraient le prétendre certains.

Les mêmes auraient-ils l’envie de nous rétorquer que les fenêtres et issues quelconques de cette crèche resteront constamment fermées que, dans ce cas, nous ne percevons plus du tout quel prétendu avantage en termes d’environnement bucolique le Point du Jour représenterait par rapport à d’autres sites dans l’entité de GENAPPE, qui viendraient à être plus judicieusement choisis comme étant moins exposés à une telle circulation.

A tout le moins les autorités communales devraient-elles produire impérativement une étude sérieuse et objective qui prouverait - noir sur blanc - l’innocuité certaine et définitive de la présence d’une telle « autoroute » envers les enfants en très bas âge qui auront dans le futur à en subir la proximité quasi immédiate.

Mais sans nul doute cette analyse a-t-elle déjà été faite ?

Nous en lirions volontiers les résultats, à charge pour la VILLE de GENAPPE de bien vouloir les rendre publics d'urgence..

En ce qui nous concerne, toujours pour nous en tenir à des données purement objectives et vérifiables, nous nous permettrons jusqu’à plus ample informé de faire plutôt référence aux documents que vous trouverez annexés au présent article*.

D'une part, en ce qui concerne la problématique du fond sonore, sinon même du bruit ambiant, nous ne partons absolument pas dans l'inconnu, que du contraire.

Sur base de la cartographie officielle réalisée pour l'ensemble de la RÉGION WALLONNE, nous pouvons d'ores et déjà prédire avec certitude que des enfants en bas âge jouant à l'extérieur de la crèche projetée au Point du Jour à BOUSVAL seraient immanquablement soumis durant toute la journée à un bruit de fond constant, non négligeable, car au minimum de l'ordre de 60 à 65 dB**.

Ce, alors même que le rapport d'orientation de l'OMS (comme chacun sait, l’Organisation Mondiale pour la Santé) identifie les enfants comme un "sous-groupe vulnérable" (sic), tout en précisant que, d'une manière plus générale, « afin de protéger la majorité de personnes contre une gêne grave pendant la journée, le niveau extérieur du bruit régulier et continu ne devrait pas excéder 55 dB. »

Est-il besoin de souligner que les périodes durant lesquelles fonctionnera cette crèche correspondront précisément, d'une manière quasi identique, à celle de toutes les activités professionnelles et scolaires, sans compter les déplacements économiques en tous genres, ce avec le volume de circulation qu'ils engendrent ?

Du bricolage pour une crèche... (3)

D'autre part, poursuivant notre réflexion relative aux nuisances de la proximité de la RN25 dans le cadre d'une éventuelle implantation de crèche au sommet de la rue Point du Jour à BOUSVAL, nous pensons qu'il n'est pas déraisonnable de faire appel à une étude récente, qui émane de la CELLULE INTERREGIONALE DE L'ENVIRONNEMENT (CELINE) à propos de la pollution atmosphérique engendrée par le RING de BRUXELLES.

Certes, il faut comparer des choses comparables, notre RN25 n'étant heureusement pas aussi fréquentée que le périphérique qui enrobe notre capitale, mais au-delà de ses constatations qui ne nous concernent pas, ce rapport fait appel à d'autres études pour le moins interpellantes.

Nous citons : « Sur le plan de la santé, GAUDERMAN et al (2007) ont montré que la fonction respiratoire des enfants habitant à moins de 500 mètres d'une autoroute est, à l'âge de 18 ans, significativement inférieure à celle des enfants vivant à plus de 1.500 mètres de l'axe routier concerné ».

De même pouvons-nous épingler ces deux autres extraits :

« De façon générale, les études épidémiologiques tendent à montrer que l’exposition à long terme au NO2, aux niveaux actuellement observés en Europe, peut diminuer la fonction pulmonaire et accroître le risque de symptômes respiratoires. Les personnes asthmatiques et les enfants en général sont considérés comme étant plus vulnérables à l’exposition au NO2 »

(...)

Les effets liés à une exposition de longue durée aux particules fines sont notamment :

- l'accroissement des symptômes au niveau des voies respiratoires inférieures ;

- le développement de maladies respiratoires obstructives chroniques ;

- la diminution de la fonction pulmonaire chez les enfants et les adultes ;

- une moindre croissance des poumons chez les enfants ;

- la réduction de l’espérance de vie due principalement à la mortalité cardio-pulmonaire et probablement au cancer des poumons.

Les effets néfastes sur la santé sont particulièrement avérés chez les personnes âgées ou souffrantes d'insuffisances immunitaires, cardiaques ou respiratoires, ainsi que chez les enfants. Etant donné qu’une exposition aux particules à long terme diminue de manière significative l’espérance de vie, il est certain que les effets à long terme (exposition chronique) s’avèrent plus importants pour la santé publique que les effets à court terme (exposition aigue). »

Au-delà d'une sécurité assurée par le sas prévu pour la future crèche, contre d'éventuelles agressions telles que ce dramatique fait d'hiver qui a secoué la Flandre au début de cette décennie, nous doutons qu'il puisse assurer la même sauvegarde envers la pollution atmosphérique.

Mais s'agissant d'un projet destiné à accueillir la petite enfance, soit des nouveaux-nés et des enfants dont l'âge se situe entre 0 et 3 ans, nous ne doutons pas que les autorités communales de GENAPPE seront en mesure de rassurer à très bref délai tous les parents qui se déclareront candidats pour en bénéficier.

Dans le cas contraire, vu la configuration du site, il y aura tristement tout lieu de craindre que dans le futur, nos jeunes enfants et/ou petits-enfants ne soient placés en première ligne, géographiquement plus exposés à la pollution ambiante que les occupants du cimetière...

N'auraient-elles - ces autorités - pas du tout pensé à cette problématique que cela pourrait s'apparenter à de l'amateurisme.

L'auraient-elles simplement éludée, qu'elles auraient manqué à tous leurs devoirs élémentaires de sécurité et de bien-être.

Envers leurs propres citoyens.

(à suivre)

* merci à Gérard DUNEMANN

* http://carto1.wallonie.be/cigale/viewer.htm?APPNAME=BRUIT

Commenter cet article