Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog est destiné à servir de support à des actions et des échanges relatifs à l'insécurité routière et aux nuisances sonores liées au trafic dans l'entité du village de BOUSVAL (BRABANT WALLON)

Dors bien, Bon Peuple de BOUSVAL (2)...

Publié le 15 Octobre 2015 par dominique VANESPEN in GENERALITES

Jardin du Docteur PEETERS, BOUSVAL Photo D VANESPEN

Jardin du Docteur PEETERS, BOUSVAL Photo D VANESPEN

Ton village fout le camp...

Poursuivons donc notre enquête du moment sur une voie plus surréaliste, par une question qui l'est tout autant.

Quelqu’un aurait-il jamais entendu parler d'une impérieuse nécessité d’agrandir la superficie du cimetière de BOUSVAL ?

Pour paraître un peu saugrenue, cette question, nous l'avons pourtant testée sans résultat sur plusieurs de nos connaissances, dès que nous ayons eu la confirmation par une source absolument sûre que le grand terrain agricole situé au-delà du périmètre de ce dernier avait bien été acquis par la VILLE DE GENAPPE.

Ce à une période impossible à préciser, mais qui remontait déjà selon notre (bien placé) informateur à "une bonne dizaine d’années".

Une telle confirmation n'avait donc pas manqué de nous surprendre, ayant quant à nous toujours maintenu un niveau minimal d’alerte en ce qui concernait tout indice d'un changement éventuel sur le devenir du plateau du Point du Jour, pour des raisons qui deviendront plus compréhensibles au fur et à mesure de nos articles.

Quoi dès lors de plus naturel que d'avoir tenté d'approfondir nos recherches, histoire d’apporter si possible un peu plus de clarté sur cette sombre affaire ?

A défaut de disposer du temps libre nécessaire, qui nous aurait permis de nous rendre durant les heures de bureau dans les services du Cadastre, afin d'en avoir le cœur net (par le biais d'une institution combien officielle), nous nous étions alors investis faute de mieux dans une quête laborieuse, car fort empirique.

La consultation de nos anciens exemplaires du Journal de GENAPPE.

Et le résultat se révéla plutôt intriguant.

Certes, nous ne sommes pas parvenus à identifier une décision ponctuelle du Conseil Communal relative à l'acquisition du terrain agricole contigu au cimetière de BOUSVAL, faute sans doute de posséder par chance la publication correspondante.

Trahis en cela que nous sommes par des archives malheureusement incomplètes.

Toutefois, nous sommes bien tombés sur une mention qui n’aurait jamais retenu notre attention si nous n'avions dorénavant pu soupçonner plus au moins quoi devoir chercher.

Budget communal pour l'année 2004, voté le 23/12/2003, Journal de GENAPPE, Février 2004

Budget communal pour l'année 2004, voté le 23/12/2003, Journal de GENAPPE, Février 2004

Dans une rubrique très anodine, noyée dans le budget communal voté en date du 23 décembre 2003 et portant sur un sujet qui n'intéresse certes pas grand monde parmi les vivants sauf dans des circonstances bien particulières, la référence était effectivement bien faite d'un montant de 75.000 € programmé pour "l'extension du cimetière de BOUSVAL".

Une telle somme pour ce poste ne pouvait logiquement correspondre qu'au montant prévu pour l'achat de ce qui est un terrain dont la superficie est de l'ordre d'une trentaine d'ares, de sorte que nous avions le sentiment d'avoir identifié le moment auquel la VILLE DE GENAPPE était bien devenue propriétaire du site.

Mais la curiosité allait nous faire parcourir d'autres exemplaires du Journal de GENAPPE.

Et en remontant dans le temps, nous allions avoir cette surprise d'y découvrir d'autres traces antérieures dans des mentions très similaires, devant donc conclure que l'opération avait déjà été envisagée plusieurs années auparavant sans toutefois qu'elle n'aboutisse.

Conseil communal du 30 novembre 1999, Journal de GENAPPE, janvier 2000

Conseil communal du 30 novembre 1999, Journal de GENAPPE, janvier 2000

Budget communal pour l'année 2000, voté le 21/12/1999, Journal de GENAPPE, Janvier 2000

Budget communal pour l'année 2000, voté le 21/12/1999, Journal de GENAPPE, Janvier 2000

Bien que nous ne disposions d'aucun chiffre en la matière et sous réserve d'une preuve non équivoque en sens contraire, il nous paraît plutôt curieux que la VILLE DE GENAPPE ait ainsi décidé d'une indispensable extension du cimetière de BOUSVAL, voire son (quasi) doublement de superficie, au moment même où les comportements sociaux étaient en pleine évolution.

Nous pensons bien évidemment au développement constant d'une pratique devenue depuis lors extrêmement courante, à savoir la crémation des défunts, dont une des conséquences directes s'en trouve être la réduction significative de l'espace nécessaire au dernier accueil de leurs restes.

D'autres extraits du journal officiel semblent pourtant nous indiquer sur les autorités communales étaient déjà pleinement conscientes d'un tel phénomène.

Journal de GENAPPE, Novembre 2001

Journal de GENAPPE, Novembre 2001

Les statistiques publiées par le Service Public Fédéral nous confortent par ailleurs dans le constat qu'au moment de l'achat du terrain contigu au cimetière de BOUSVAL, soit (semble-t-il) au cours de l'année 2004, la pratique de l'incinération - bien que beaucoup moins développée qu'en Flandre ou à Bruxelles - touchait déjà un défunt sur quatre en Wallonie.

Statistiques SPF ECONOMIE http://statbel.fgov.be/fr/statistiques/chiffres/population/autres/cremations/

Statistiques SPF ECONOMIE http://statbel.fgov.be/fr/statistiques/chiffres/population/autres/cremations/

Statistiques SPF ECONOMIE http://statbel.fgov.be/fr/statistiques/chiffres/population/autres/cremations/

Statistiques SPF ECONOMIE http://statbel.fgov.be/fr/statistiques/chiffres/population/autres/cremations/

Au demeurant, les autorités de la VILLE DE GENAPPE semblaient à la même époque n'avoir négligé aucune piste pour résoudre un tel supposé problème de place, ainsi qu'en attestent d'autres développements plus polémiques.

ZOOM REGION BRABANT WALLON, 22 octobre 2008

ZOOM REGION BRABANT WALLON, 22 octobre 2008

Ce qui nous amène en guise de première conclusion à des considérations finalement plus prospectives.

De deux choses l'une....

Soit, le choix du Point du Jour pour la construction de la crèche est issu d'une erreur d'appréciation.

Soit, il était dès le départ parfaitement volontaire et procédait même au contraire d'une intention délibérée.

Dans le premier cas, nos autorités communales ne se seraient-elles pas mordu les doigts d'avoir engagé inconsidérément une dépense conséquente dans un projet d’agrandissement du cimetière de BOUSVAL, pourtant non justifié à l'époque puisqu’une telle extension ne sera selon toute probabilité plus jamais nécessaire à l'avenir ?

Ce qui nous fait envisager cette hypothèse malsaine selon laquelle le choix du Point du Jour pour l'implantation d'une nouvelle crèche (à l'intention - déclarée et très théorique - des enfants de tous les habitants de l'entité) ne serait pour elle qu'une manière détournée de rectifier le tir, en rentabilisant un terrain dont la VILLE DE GENAPPE ne sait en réalité plus très bien quoi faire.

Ni quelle affectation lui donner.

Quitte dès lors pour notre Bourgmestre à soutenir mordicus que ne sont que simples divagations d'un villageois mécontent les critiques que nous avons déjà (jusqu'à présent) formulées à l'encontre du projet :

(1) pollutions sonore et atmosphérique de la RN25,

(2) absence totale de transports publics associée à une accessibilité fort limitée,

(3) isolement complet par rapport au reste de la structure d'accueil scolaire,

(4) natalité de BOUSVAL largement inférieure à ce que l'on pourrait attendre par rapport à sa population, et ne justifiant donc pas que l'on supprime la crèche déjà existante dans le village pour en installer une autre cent mètres plus loin.

(5) last but not least, absence totale de réponse apportée aux besoins d'accueil pour les autres habitants de l'entité

Par contre, dans le second cas, l'installation programmée d'une crèche au Point du Jour pourrait fort bien relèver d'une motivation non encore ouvertement déclarée.

N'étant en réalité qu'une avant-garde sympathiquement déguisée.

Le cheval de Troie d'un projet beaucoup plus vaste.

(à suivre)

Commenter cet article