Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog est destiné à servir de support à des actions et des échanges relatifs à l'insécurité routière et aux nuisances sonores liées au trafic dans l'entité du village de BOUSVAL (BRABANT WALLON)

Rencontre du troisième type.

Publié le 4 Octobre 2016 par dominique VANESPEN in AUTRES

Linteau de porte d'entrée en roche ordovicienne. Rue du Château BOUSVAL. Photo D. VANESPEN

Linteau de porte d'entrée en roche ordovicienne. Rue du Château BOUSVAL. Photo D. VANESPEN

Souvenirs, souvenirs...

En effectuant des recherches pour notre tout récent article* consacré au sous-sol méconnu de notre village, nous sommes tombés presque par hasard sur un témoignage que nous avions rédigé pour notre blog de paléontologie, non pas sur cette sortie elle-même, mais sur une autre promenade de géologie effectuée à la même époque dans notre région.

Organisée par l'association « Les Amis de Bousval ». cette activité allait bien débuter, avant de prendre une tournure totalement inattendue, par un fait divers tellement révoltant qu'il faire l'objet d'une plainte au Parquet de NIVELLES et à la Police de GENAPPE

Qui finirait malheureusement par être classée sans suite...

Ce compte-rendu, nous ne résistons pas à l'envie de vous le reproduire ci-dessous.

In extenso...

Explications circonstanciées d'un géologue, devant.. sa propre maison. Photo D VANESPEN

Explications circonstanciées d'un géologue, devant.. sa propre maison. Photo D VANESPEN

Quad neuf à Bousval ?

Cet article aurait tout aussi bien pu s’intituler « C’est arrivé près de chez vous ».

Cela s’annonçait pourtant comme une belle promenade, une des nombreuses que vous pouvez faire dans la localité.

Le temps était propice, incroyablement doux, dans un milieu de journée qui allait s’annoncer comme le point culminant d’un redoux d’arrière-saison tel qu’on n’osait même plus l’espérer.

Une ballade à thème, didactique, puisque notre guide était un professionnel de la géologie.

Le but de l’activité du jour était d’examiner des affleurements de roches et de sable, mais cela eût pu être une « promenade champignons » ou une simple ballade de santé.

Cela avait débuté dans une atmosphère bon enfant, par une explication préalable dispensée dans le porche de l’église.

Un sujet très pointu : difficile évidemment de résumer quelques centaines de millions d’années en quelques explications pourtant agrémentées de force graphiques !

Puis la petite troupe avait emprunté le tout fringant Ravel pour remonter à mi-hauteur du sentier de la Roche.

Une douzaine de personnes dans ce chemin encaissé, pentu et exigu, où la progression est rendue malaisée par les pierres et une profonde ravine.

Halte dans le sentier "chemin de la Roche", avec ses schistes noirs de l'ère primaire (Formation de Mousty)

Halte dans le sentier "chemin de la Roche", avec ses schistes noirs de l'ère primaire (Formation de Mousty)

Une nouvelle halte devant la roche verdâtre puis, tout à coup, les vrombissements en arrière. Quatre gros quads surgissent et entament la montée.

Le premier d’entre eux arrive à hauteur des promeneurs : un court échange, histoire de leur faire comprendre que nous sommes en milieu forestier et qu’ils ne sont pas les bienvenus.

Le conducteur s’énerve très vite, hurle pour qu’on lui cède le passage et devant le refus unanime, il met brutalement les gaz.

Dans le vrombissement du véhicule typique de ces grands amoureux de la Nature, il passe en trombe, les piétons surpris ayant juste le temps de s’écarter et de se mettre à l’abri de part et d’autre du chemin.

Outrée, la douzaine de promeneurs se regroupe et bloque à nouveau le passage aux trois quads restants, ceux qui entendent poursuivre la montée.

Nouveaux échanges verbaux, le premier conducteur avec un enfant en bas âge tente une explication foireuse, mais la décision est prise : on téléphone illico au 101, service de Police.

Photo C WIBO

Photo C WIBO

Ils ont compris et entament laborieusement leur manœuvre de marche arrière pour effectuer un demi-tour et disparaître finalement au bas du sentier.

La promenade reprend mais pour une très courte durée : le premier quad, celui qui avait forcé le passage, réapparaît sur la hauteur et revient rapidement devant la petite troupe.

Pas question de le laisser passer. Le conducteur du quad s’énerve à nouveau et recommence à hurler, proférant des menaces contre un des membres, celui qui est directement devant son véhicule.

« Bouge toi ! Bouge-toi de là. Bouge-toi parce que je t’écrase ! »

Il avance et le piéton finit par tomber en arrière, immobilisé, coincé presque sous la machine : « Mon pied est en dessous »

Le conducteur du quad continue à hurler : « Je m’en fous ».

Le piéton : « Je ne sais pas : j’ai mes pieds en dessous ».

Photo C WIBO

Photo C WIBO

L’autre : « Dépêche-toi parce que je t’écrase. Tu ne seras pas le premier, tu ne seras pas le dernier ! »**

Il se lève sur son quad et empoigne par la veste l’un des autres promeneurs, le menaçant de lui porter des coups.

Tout le monde se mobilise. On en profite pour extraire l’infortuné piéton et devant la tournure dangereuse qu’ont pris les événements, on crie au quadeur de dégager, ce qu’il s’empresse de faire dans un grand vrombissement de son gros et viril engin couvert de boue.

Cela s’est passé par un joli dimanche ensoleillé d’arrière-saison, propice aux promenades, le 12 octobre 2008, dans un calme sentier de BOUSVAL.

Près de chez vous.

* nous espérons qu'il aura intéressé tous les géologues ou professeurs de géographie de l'entité

** reproduction fidèle d'un enregistrement audio pris sur le vif

Commenter cet article