Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog est destiné à servir de support à des actions et des échanges relatifs à l'insécurité routière et aux nuisances sonores liées au trafic dans l'entité du village de BOUSVAL (BRABANT WALLON)

Les petits trésors de BOUSVAL (8)...

Publié le 7 Janvier 2017 par dominique VANESPEN in AUTRES

Echelle cubique : 1 centimètre. Photo D VANESPEN

Echelle cubique : 1 centimètre. Photo D VANESPEN

Quoi de plus banal qu'une vieille brique...
 
Être propriétaire d'une maison de village, modeste et fort ancienne, suppose que vous soyez toujours prêt à mettre la main à la pâte pour des travaux parfois lourds, lesquels peuvent se décliner sous les formes diverses que sont entre autres le plâtre, la colle et (surtout) le ciment.
 
Pour peu que vous soyez occupant d'une telle « vîye maujone »*, lesdites opérations de simple remise en état ou au contraire de grande rénovation peuvent donner lieu à des découvertes plutôt surprenantes, le genre à vous replonger tout à coup dans un passé assez lointain.
 
Pour preuves, les quelques photos qui suivent. 
 
Soucieux de respecter la « petite histoire » de sa maison (sur laquelle nous reviendrons), votre serviteur aura maintes fois tenté pour ce faire d'utiliser des briques de réemploi, avec de préférence celles qui proviennent du bâtiment même !
 
Sens pratique, souci d'économie ou recherche d'authenticité virant à l'extrémisme, appelez ça comme vous voudrez, bien qu'il faille chercher du côté de la troisième hypothèse...
 
Cela implique d'en récupérer quelques-unes - comprendre un maximum - à chaque fois que l'occasion s'en présente, lorsqu'il s'agissait par exemple de percer le mur d'une cave pour inaugurer le nouvel accès vers une autre. 
Démontage en cours...

Démontage en cours...

Autant dire que la chose n'est pas simple, le démontage aussi méthodique soit-il entraînant un taux de perte, limité certes, mais toujours trop important aux yeux du maçon improvisé. 

Surtout lorsque la création d'un nouveau passage suppose que vous en supprimiez soigneusement un autre, dans une troisième cave...

Mais parfois, le sort tournait en votre faveur pour compenser cette pénurie.

Notamment lorsqu'un proche voisin entama lui-même d'importants travaux dans son habitation, immédiatement contiguë et dont il apparaît d'ailleurs qu'elle fut plus que probablement construite d'un seul tenant et au même moment, soit au tout début du siècle passé.

Echange de bons procédés, le « deal » que je lui avais proposé était on ne peut plus simple : ma main d'oeuvre contre sa marchandise.

Je démonte ton mur, mais je récupère tes vieilles briques.

Aussitôt conclu et aussitôt fait : chez mon voisin, l'emplacement d'une ancienne fenêtre n'allait pas tarder à s'agrandir pour laisser l'espace prévu pour l'installation d'une future porte extérieure. 

Avant...

Avant...

Pendant...

Pendant...

Principal outil de travail : l'huile de coude !

Principal outil de travail : l'huile de coude !

Laborieux, mais le résultat commence à prendre forme.

Laborieux, mais le résultat commence à prendre forme.

Alors, pourquoi tant d'efforts, sinon pour réinstaller ces mêmes briques à un autre endroit ?

Par exemple chez moi, en rebouchant un ancien passage à l'identique, dont l'usage était devenu inutile, de manière telle qu'il aurait pu ne jamais exister. 

Ni vu ni connu...

Où était une ancienne porte : sous réserve de finitions en peinture encore à faire.

Où était une ancienne porte : sous réserve de finitions en peinture encore à faire.

Mais comme nous l'avons annoncé, la récupération de vieilles briques du cru (quoique parfois trop cuites d'ailleurs) allait toutefois engendrer quelques petites surprises.

Sous la forme de traces inattendues...

Bizarres, même...

Bizarres, même...

La toute première fois, le geste m'était venu très spontanément, mais avec un résultat sans équivoque.

Les petits trésors de BOUSVAL (8)...

(à suivre)

* expression encore utilisée régulièrement par le rédacteur (dont le nom ne trahit pas l'origine pourtant wallonne) auprès de ses collègues de la Capitale, avec pour effet de les voir l'observer avec incompréhension, voire des craintes évidentes pour sa santé mentale...

Commenter cet article