Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog est destiné à servir de support à des actions et des échanges relatifs à l'insécurité routière et aux nuisances sonores liées au trafic dans l'entité du village de BOUSVAL (BRABANT WALLON)

Un joyeux non-anniversaire (2)...

Publié le 15 Septembre 2015 par dominique VANESPEN

BOUSVAL, montée de la rue Point du Jour, toujours sans ses aménagements, lundi 14 septembre 2015

BOUSVAL, montée de la rue Point du Jour, toujours sans ses aménagements, lundi 14 septembre 2015

Mais toujours rien...

En désespoir de cause - tiens, une formule qui revient souvent sur ce site - et non sans avoir patienté plus d'une année complète, nous avions adressé au Collège Communal de la VILLE DE GENAPPE une lettre de rappel reprenant diverses doléances en matière de sécurité routière.

Non seulement parce que nous étions inquiets de l'absence totale de nouvelles quant aux rares aménagements qui nous avaient pourtant été promis lors de la Commission de Circulation du 14 septembre 2007, un an plus tôt, mais aussi parce que fleurissait dans le même temps à d'autres endroits du village de BOUSVAL mais à peine quelques centaines de mètres plus haut, une signalisation routière pour le moins surprenante.

Ainsi des panneaux de limitation de vitesse à 30 km/heure avaient-ils entre-temps bien été placés dans la rue Point du Jour, mais après le cimetière et d'une manière pour le moins incompréhensible car installés dans la descente qui passe en-dessous de la RN25, sans qu'il y ait la moindre habitation ou a fortiori école pour en justifier la présence.

Quelque nouvel espoir allait donc surgir à la réception de la missive suivante.

(à suivre)

Réponse nous adressée par la VILLE DE GENAPPE en date du 27 janvier 2009

Réponse nous adressée par la VILLE DE GENAPPE en date du 27 janvier 2009

commentaires

Un joyeux non-anniversaire !

Publié le 14 Septembre 2015 par dominique VANESPEN dans RUE POINT DU JOUR (histoire d'une inaction obstinée)

BOUSVAL, Chemin de Wavre, septembre 2009. Photo D VANESPEN

BOUSVAL, Chemin de Wavre, septembre 2009. Photo D VANESPEN

Huit ans.

Huit ans !

Huit ans déjà.

Huit ans, jour pour jour.

Huit ans de perdus pour tous les habitants du quartier.

Huit ans à - encore et toujours - endurer les grosses berlines sombres et autres motos rutilantes ou quads tonitruants lancés à 80 ou à 90 km à l'heure (sinon même plus, selon le radar des services de la Zone de Police), complètement sur la gauche dans la montée de la rue "Point du Jour" à BOUSVAL, une voirie qui est supposée être en agglomération et limitée à 50 km/heure.

Huit ans à supporter les camions-citernes, les camionnettes surchargées et les convois agricoles avec ou sans leurs bennes, remplies ou vides d’ailleurs - plus bruyantes celles-là, car sur une assise en béton par endroits digne des dentelles de Bruges - qui dévalent à pleins tubes en tressautant sur cette rue de village, même (surtout) au beau milieu de la nuit.

Huit ans pourtant, jour pour jour, qu'avait eu lieu cette mémorable Commission de la Circulation de la VILLE DE GENAPPE, à notre demande (inutile de le préciser) et en présence de nombreux représentants de cette dernière, dont des membres de la Police locale et quelques mandataires communaux, Échevin des travaux et Bourgmestre en tête.

Huit ans donc que, en date du 14 septembre 2007 (pour éviter aux lecteurs la corvée de faire le calcul), de modestes décisions avaient été prises en vue d'améliorer la sécurité dans le croisement de la rue Haute avec la rue Point du Jour à BOUSVAL, très largement en deçà de ce que nous avions proposé et naïvement espéré d'ailleurs..

Huit ans, durant lesquels rien n'a bougé, aucune avancée quelconque n'ayant jamais été matérialisée sur le terrain, de quelque nature et à quelque niveau que ce soit.

"Si le problème de la vitesse n'est pas réglé, ce sera un plateau" avait alors pourtant déclaré à l'époque le Bourgmestre, dans un élan de prétendue bonne volonté.

Sans que l'affaire n'ait jamais connu le moindre suivi.

Las.

14 septembre 2007 - 14 septembre 2015

A la réflexion, une telle mention irait plutôt à merveille sur un monument funéraire.

HUIT ANS !

Parlons donc bien de l'anniversaire d'un non-événement !

C'est honteux.

Scandaleux même.

Mais de qui se moque-t-on ?

Et pour combien de temps encore ?

Avant de poursuivre toutefois, dans ce silence assourdissant du monde politique genappois (toutes tendances confondues d'ailleurs), une petite remarque s'impose, en passant.

Au-delà de notre profond agacement, qui transparaîtra peut-être de plus en plus sur ce site mais que nous estimons totalement justifié, toutes nos informations étant prouvées et/ou vérifiables, nous nous défendons de toute virulence volontaire dans nos propos !

D'ailleurs, aux lecteurs qui s'interrogeraient sur les tenants et aboutissants des différents développements dont il aura déjà été question sur ce site, autrement dit sur le "pourquoi" d'une telle défiance à l'égard des autorités communales de GENAPPE, voire sur la raison pour laquelle nos commentaires sont - disons - rarement dithyrambiques, un début d'explication pourrait vous être proposé dans l’expérience qui suit.

Surréaliste...

(à suivre)

commentaires

Schéma de Structure de GENAPPE : le retour (1) !

Publié le 14 Septembre 2015 par dominique VANESPEN dans GENERALITES

Bleuet (Centaurea?), photographié dans le port d'Anvers, lors d'une prospection paléontologique, car pour ce qui d'en trouver un à GENAPPE... Photo D VANESPEN

Bleuet (Centaurea?), photographié dans le port d'Anvers, lors d'une prospection paléontologique, car pour ce qui d'en trouver un à GENAPPE... Photo D VANESPEN

Putain, vingt ans...

En espérant que les lecteurs nous pardonnent ce petit écart - ce que ne manqueront certainement pas de faire tous les nostalgiques de la grande époque des Guignols de l'Info - quelle autre réaction pour le moins désabusée pourrait-on nourrir face à cette nouvelle démonstration de bonne volonté, qui succède à un PLAN COMMUNAL DE MOBILITÉ lui-même sans doute (faute de la moindre suite annoncée ou connue) déjà passé dans les oubliettes de l'histoire de GENAPPE ?

Mais cela nécessite de notre part un sérieux retour en arrière.

Tout en rappelant que nous ne parlons que de notre expérience de BOUSVAL, les habitants des autres villages de l'entité étant tout de même vivement invités à vérifier pour ce qui les concerne, cela fera très bientôt vingt ans jour pour jour que se tenait dans le réfectoire de l'école communale une réunion solennelle dont le thème était quasiment identique.

Pour preuve, à destination de ceux auxquels il faudrait rafraîchir la mémoire, vous trouverez annexé à cet article le Bousvalien qui avait été publié à cette époque, dont l'éditorial laissait une place de choix - enjeu oblige - à ce thème de l'aménagement du territoire.

17 octobre 1995 - 21 septembre 2015 !

Au risque de tomber dans des lieux communs, ces événements datent donc d'un temps que (précisément) les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître.

Pour situer schématiquement (oups) en parlant de notre expérience personnelle - chacun pouvant faire usage de ses propres repères familiaux - notre fils, qui était à l'époque futur bénéficiaire de la toute nouvelle crèche communale de BOUSVAL, entame actuellement sa deuxième année universitaire...

Mais cette piqûre de rappel risque de nous amener à des considérations peu... amènes.

Vingt années de perdues !

Déjà, pour peu que nous fassions appel à nos souvenirs sur cette antique réunion, la seule vision claire qui nous revient à l'esprit est qu'à cette occasion avait été présenté au public un plan détaillé du village de BOUSVAL, dont deux des axes principaux du centre, l'Avenue des Combattants et la rue Point du Jour, avaient été spectaculairement coloriés en rouge.

Problèmes de vitesse et d'insécurité obligent...

(à suivre)

Bousvalien du mois d'octobre 1995.

commentaires

Les réactions des lecteurs (3) : la rentrée...

Publié le 13 Septembre 2015 par dominique VANESPEN dans GENERALITES

On nous écrit...

Est-il besoin de rappeler que ce site est destiné à faire avancer la cause de la sécurité routière et de la qualité de vie pour tous les habitants de BOUSVAL, sinon même peut-être - qui sait - des autres villages.

La parole est à vous !

(extrait)

Bonjour,

Concernant la RN 25 : le vacarme de cette route très bruyante est perceptible presque partout à Bousval, à des degrés divers.

Une pétition à ce sujet a recueilli un grand nombre de signatures il y a plusieurs années et la traversée de Bousval par la RN 25 est considérée comme un des points noirs de Wallonie sans que cela émeuve (et encore moins mobilise les responsables de tous niveaux).

Les habitants du début de l'avenue des Habitations modernes sont particulièrement chanceux, pris en tenaille entre la RN 25 et l'avenue des Combattants au revêtement non adapté. Le passage de milliers de voitures sur ces deux chaussées a aboli le silence dans ce quartier sauf aux heures les plus profondes de la nuit (et encore !).

Lorsque je me suis inquiétée des pollutions sonores et atmosphériques auprès du service concerné à la Région wallonne, il m' a été répondu et j'en suis encore baba :

- pollution sonore : il n'y a pas à se plaindre, ce serait pire en ville !

- pollution atmosphérique : il ne s'agit pas de particules fines donc ce n'est pas si dangereux que cela !

L'analyse de l'air ne peut être demandée que par un pouvoir public (ce que je n'ai pas obtenu de la ville).

Ce qui me choque le plus dans tout cela (rue Point du Jour, traversée de Bousval, RN 25, ...), c'est le manque d'attention (restons polis) de nos responsables pour la santé, la sécurité, le bien-être des habitants.

Dans une commune à majorité absolue, où le pouvoir est absolu (compte tenu des réglementations en vigueur parfois contraignantes), il m'apparaît que cette négligence est délibérée.

Merci pour votre obstination.

Amicalement.

commentaires

Du bricolage pour une crèche... (3)

Publié le 12 Septembre 2015 par dominique VANESPEN dans RUE POINT DU JOUR (histoire d'une inaction obstinée)

Du bricolage pour une crèche... (3)

Encore quelques chiffres...

"Au sommet de la rue Point du Jour, juste à côté du cimetière de BOUSVAL"

Si cette description s'avère effectivement exacte, les autorités se sont bien gardées jusqu'à présent de préciser que le site arrêté par elles comme lieu d’implantation de leur future nouvelle crèche communale se trouve à une distance très relative de la RN25.

Celle-là même qui traverse notre village de part en part, reliant grosso modo WAVRE à NIVELLES mais qui par ailleurs, bien qu’elle ne soit techniquement pas une autoroute, constitue une voie rapide à 4 bandes de circulation, qui donc en présente toutes les caractéristiques autant que les principaux inconvénients.

Entendez par là (notamment) en termes de pollutions sonore et atmosphérique.

A tout casser, moins de 150 mètres sépareraient l'entrée de la crèche de cette voirie !

Et c'est là que le bât blesse.

Car prétendre que le choix d'implantation du Point du Jour représente un environnement particulièrement sain voire champêtre, favorable et même idéal pour des enfants en (très) bas âge - entre 0 et 3 ans -, est à notre sens hautement contestable, et devrait de toute manière faire l'objet de vérifications préalables circonstanciées.

Tout qui d’ailleurs se posterait à hauteur du futur complexe, juste devant le terrain projeté pour sa construction, pourrait déjà se rendre compte non sans surprise du niveau sonore élevé et obsédant que cette voirie engendre en permanence.

Aucune réserve ne semble jusqu'à présent avoir été émise par quiconque sur cet aspect précis, ni celui les nuisances sonores, ni par ailleurs - plus grave encore - quant aux taux de pollution potentiellement inquiétants qui sont immanquablement provoqués par cette circulation constante et extrêmement soutenue, aussi bien sur un plan quantitatif, au nombre et au gabarit des véhicules, qu’en termes de vitesses observées.

Souvent supérieures à 120 km/h, inutile de se leurrer à ce propos...

Pouvant raisonnablement penser en outre qu’une telle circulation ne va jamais s’amoindrir à l'avenir - que du contraire ! -, l’environnement présent et futur du projet d'un accueil prétendument douillet et sécurisé pour la petit enfance s’avère selon nous beaucoup moins favorable qu’il n’y parait ou, en tout cas, que voudraient le prétendre certains.

Les mêmes auraient-ils l’envie de nous rétorquer que les fenêtres et issues quelconques de cette crèche resteront constamment fermées que, dans ce cas, nous ne percevons plus du tout quel prétendu avantage en termes d’environnement bucolique le Point du Jour représenterait par rapport à d’autres sites dans l’entité de GENAPPE, qui viendraient à être plus judicieusement choisis comme étant moins exposés à une telle circulation.

A tout le moins les autorités communales devraient-elles produire impérativement une étude sérieuse et objective qui prouverait - noir sur blanc - l’innocuité certaine et définitive de la présence d’une telle « autoroute » envers les enfants en très bas âge qui auront dans le futur à en subir la proximité quasi immédiate.

Mais sans nul doute cette analyse a-t-elle déjà été faite ?

Nous en lirions volontiers les résultats, à charge pour la VILLE de GENAPPE de bien vouloir les rendre publics d'urgence..

En ce qui nous concerne, toujours pour nous en tenir à des données purement objectives et vérifiables, nous nous permettrons jusqu’à plus ample informé de faire plutôt référence aux documents que vous trouverez annexés au présent article*.

D'une part, en ce qui concerne la problématique du fond sonore, sinon même du bruit ambiant, nous ne partons absolument pas dans l'inconnu, que du contraire.

Sur base de la cartographie officielle réalisée pour l'ensemble de la RÉGION WALLONNE, nous pouvons d'ores et déjà prédire avec certitude que des enfants en bas âge jouant à l'extérieur de la crèche projetée au Point du Jour à BOUSVAL seraient immanquablement soumis durant toute la journée à un bruit de fond constant, non négligeable, car au minimum de l'ordre de 60 à 65 dB**.

Ce, alors même que le rapport d'orientation de l'OMS (comme chacun sait, l’Organisation Mondiale pour la Santé) identifie les enfants comme un "sous-groupe vulnérable" (sic), tout en précisant que, d'une manière plus générale, « afin de protéger la majorité de personnes contre une gêne grave pendant la journée, le niveau extérieur du bruit régulier et continu ne devrait pas excéder 55 dB. »

Est-il besoin de souligner que les périodes durant lesquelles fonctionnera cette crèche correspondront précisément, d'une manière quasi identique, à celle de toutes les activités professionnelles et scolaires, sans compter les déplacements économiques en tous genres, ce avec le volume de circulation qu'ils engendrent ?

Du bricolage pour une crèche... (3)

D'autre part, poursuivant notre réflexion relative aux nuisances de la proximité de la RN25 dans le cadre d'une éventuelle implantation de crèche au sommet de la rue Point du Jour à BOUSVAL, nous pensons qu'il n'est pas déraisonnable de faire appel à une étude récente, qui émane de la CELLULE INTERREGIONALE DE L'ENVIRONNEMENT (CELINE) à propos de la pollution atmosphérique engendrée par le RING de BRUXELLES.

Certes, il faut comparer des choses comparables, notre RN25 n'étant heureusement pas aussi fréquentée que le périphérique qui enrobe notre capitale, mais au-delà de ses constatations qui ne nous concernent pas, ce rapport fait appel à d'autres études pour le moins interpellantes.

Nous citons : « Sur le plan de la santé, GAUDERMAN et al (2007) ont montré que la fonction respiratoire des enfants habitant à moins de 500 mètres d'une autoroute est, à l'âge de 18 ans, significativement inférieure à celle des enfants vivant à plus de 1.500 mètres de l'axe routier concerné ».

De même pouvons-nous épingler ces deux autres extraits :

« De façon générale, les études épidémiologiques tendent à montrer que l’exposition à long terme au NO2, aux niveaux actuellement observés en Europe, peut diminuer la fonction pulmonaire et accroître le risque de symptômes respiratoires. Les personnes asthmatiques et les enfants en général sont considérés comme étant plus vulnérables à l’exposition au NO2 »

(...)

Les effets liés à une exposition de longue durée aux particules fines sont notamment :

- l'accroissement des symptômes au niveau des voies respiratoires inférieures ;

- le développement de maladies respiratoires obstructives chroniques ;

- la diminution de la fonction pulmonaire chez les enfants et les adultes ;

- une moindre croissance des poumons chez les enfants ;

- la réduction de l’espérance de vie due principalement à la mortalité cardio-pulmonaire et probablement au cancer des poumons.

Les effets néfastes sur la santé sont particulièrement avérés chez les personnes âgées ou souffrantes d'insuffisances immunitaires, cardiaques ou respiratoires, ainsi que chez les enfants. Etant donné qu’une exposition aux particules à long terme diminue de manière significative l’espérance de vie, il est certain que les effets à long terme (exposition chronique) s’avèrent plus importants pour la santé publique que les effets à court terme (exposition aigue). »

Au-delà d'une sécurité assurée par le sas prévu pour la future crèche, contre d'éventuelles agressions telles que ce dramatique fait d'hiver qui a secoué la Flandre au début de cette décennie, nous doutons qu'il puisse assurer la même sauvegarde envers la pollution atmosphérique.

Mais s'agissant d'un projet destiné à accueillir la petite enfance, soit des nouveaux-nés et des enfants dont l'âge se situe entre 0 et 3 ans, nous ne doutons pas que les autorités communales de GENAPPE seront en mesure de rassurer à très bref délai tous les parents qui se déclareront candidats pour en bénéficier.

Dans le cas contraire, vu la configuration du site, il y aura tristement tout lieu de craindre que dans le futur, nos jeunes enfants et/ou petits-enfants ne soient placés en première ligne, géographiquement plus exposés à la pollution ambiante que les occupants du cimetière...

N'auraient-elles - ces autorités - pas du tout pensé à cette problématique que cela pourrait s'apparenter à de l'amateurisme.

L'auraient-elles simplement éludée, qu'elles auraient manqué à tous leurs devoirs élémentaires de sécurité et de bien-être.

Envers leurs propres citoyens.

(à suivre)

* merci à Gérard DUNEMANN

* http://carto1.wallonie.be/cigale/viewer.htm?APPNAME=BRUIT

commentaires

A suivre...

Publié le 11 Septembre 2015 par dominique VANESPEN dans GENERALITES

A l'impossible...

Pour autant que ce soit faisable, nous tentons de maintenir une très grande régularité dans les publications.

Bien qu'un emploi du temps chargé - privé autant que professionnel - nous rende cette tâche plutôt difficile et que nous ayons donc pris un peu de retard sur notre programme, nous veillerons à poursuivre régulièrement nos analyses.

Paraîtront donc ce week-end deux articles, dont l'un sera la suite (3) de la série consacrée au projet de crèche.

Pour rappel, nous sommes ouverts à toute réaction des lecteurs, les commentaires ne subissant aucune modération préalable, pourvu qu'ils restent dans les limites d'un débat correct.

Inutile de dire que d'éventuels encouragements seraient aussi les bienvenus.

Très cordialement.

commentaires

En désespoir de cause...

Publié le 10 Septembre 2015 par dominique VANESPEN dans RUE POINT DU JOUR (histoire d'une inaction obstinée)

Contraints et forcés...

Face à l'indifférence totale que maintiennent les autorités communales de GENAPPE, qui persistent dans leur silence absolu, autant que se complaisent dans l'inaction obstinée qui les caractérise en matière de sécurité routière dans le village de BOUSVAL, dans un domaine où elles devraient pourtant et pourraient - auraient déjà pu depuis longtemps - mettre en oeuvre des mesures urgentes et immédiates, nous sommes au regret d'avoir pris des initiatives officielles qui risquent d'avoir de solides répercussions.

Qu'il soit bien entendu que nous avions toujours espéré ne pas devoir en arriver là !

Nous ne manquerons pas de vous informer dès que possible.

A bon lecteur...

commentaires

Du bricolage pour une crèche... (2)

Publié le 8 Septembre 2015 par dominique VANESPEN dans RUE POINT DU JOUR (histoire d'une inaction obstinée)

Soyons concrets...

Dans son éditorial du mois de mars 2015, notre Bourgmestre annonçait sans équivoque les intentions de la COMMUNE DE GENAPPE quant au devenir de la crèche actuelle de BOUSVAL.

Celle qui - peut-être n’est-il pas anodin de le souligner une nouvelle fois - existe, est opérationnelle et on ne peut plus accessible, de même qu'elle fonctionne depuis vingt ans semble-t-il à la satisfaction générale de ses usagers.

Sachant que ladite crèche sera purement et simplement fermée, abandonnant ainsi des locaux auxquels il conviendra de donner une nouvelle affectation, l'avantage tel que vanté en termes d'offres d’accueil n'en sera que d'autant plus réduit.

Des 42 places telles qu'annoncées à grand renfort de superlatifs doivent en effet être soustraites les 16 actuelles, qui seront supprimées, ce qui réduira le projet présenté à un gain net de... 26 places, vingt-six opportunités réellement créées pour faire face aux besoins en matière d'accueil de la petite enfance dans toute l'entité de GENAPPE, dont tout le monde s'accorde à dire qu'ils sont critiques, car beaucoup plus importants.

D'où notre étonnement.

Pour résoudre les problèmes de pénurie de crèches, on commence par en fermer une !

Comprenez que la logique nous en échappe.

Pour le moins paradoxale, cette hypothèse est toutefois clairement confirmée par la Programmation Plan Cigogne 3 dans son volet 2 (années 2015 - 2018) annonce d'une manière non équivoque pour l'entité de GENAPPE une crèche nommée - scoop - "Les Minis-pousses", rue Point du Jour à BOUSVAL, ce pour une capacité de (sic) "+ 26 places".

Se pose ensuite cette question qui ne semble guère émouvoir outre mesure certains de nos mandataires communaux : le coût exorbitant d'un tel prestigieux projet, évalué à la somme rondelette de 1.500.000 Euros*, ce que l'opposition n'aura pas manqué de traduire à juste titre par un montant de 35.700 Euros par lit.

Dans l'absolu toutefois, considérant ce qui précède quant à la suppression programmée de la crèche de BOUSVAL, nous pouvons avancer que la création de 26 places d'accueil supplémentaires dans l'entité de GENAPPE reviendra en réalité à la bagatelle de 57.700 Euros par enfant.

A titre d'anecdote - quoique ! - remarquons tout de même que nos autorités communales s'affichent également comme déjà prêtes à dépenser sans sourciller la somme de 96.000 Euros*, pour la mission d'étude qui sera confiée à un auteur de projet, cette décision ayant été prise lors du Conseil Communal du 30 juin dernier, lequel - curieusement - ne semble pas disponible sur le site Internet de la VILLE.

N'empêche...

Toujours pour nous en tenir à des chiffres tangibles et à des données vérifiables, de précédents développements nous avaient amenés à constater que l'étude de la natalité dans l'entité de GENAPPE s'avère intéressante en ce qu'elle suggère - du moins pour toute personne ou mandataire public qui prendrait la peine de les examiner attentivement - de pondérer celle-ci en fonction des réalités démographiques dans les différents villages qui la composent.

Ainsi aura-t-il été évoqué que, pour les deux dernières années de même que lors des six premiers mois de celle-ci, les nouveaux-nés du village de BOUSVAL représentaient (au duvet près) un peu plus de 21% de l'ensemble de ceux qui peuvent être répertoriés dans toute l'entité.

Pour autant que de besoin - les lecteurs étant invités à vérifier s'ils le souhaitent - les derniers chiffres de la natalité tels qu'ils viennent d'être publiés dans le Journal de GENAPPE du mois de septembre 2015 (ce qui correspond grossièrement aux mois de juillet et août) confirment sans contestation possible cette tendance, à savoir une proportion de 8 enfants à BOUSVAL pour un total de 37 naissances.

Considérant le nombre actuel de places d’accueil disponibles dans l'entité, "Les Petits Bateaux" (24 places à GENAPPE) et "Les Flibustiers" (16 places à BOUSVAL), il apparaît donc que le village second cité représente déjà 40% de l'offre totale, pour 21% des besoins du "grand GENAPPE".

Suite à la fermeture programmée de l'unité existante, son remplacement par une crèche de 42 lits située cent mètres plus haut porterait cette couverture à 65% de la future offre communale, concentrée dans un village de BOUSVAL dont on ne peut considérer ni qu'il occupe une position centrale territorialement parlant, ni qu'il représente des besoins quantitatifs radicalement supérieurs aux autres.

Est-il vraiment nécessaire de souligner à cet égard qu'il n'existe aucune offre officielle d'accueil de la petite enfance, ni à VIEUX-GENAPPE ou LOUPOIGNE, ni dans les villages de HOUTAIN-LE-VAL et de WAYS, ni d'ailleurs à GLABAIS ou à BAISY-THY, de sorte que le projet communal de création d'une crèche de 26 places supplémentaires à BOUSVAL n'est en aucune manière susceptible d'apporter la moindre réponse à la carence dont souffrent en la matière les parents qui résident dans les localités précitées...

Ce qui nous conduit inexorablement à aborder le thème de la proximité.

(à suivre)

* 730.000 € de subsides de la RÉGION WALLONNE, 420.000 € de la PROVINCE et le (ce que l'on se borne à qualifier du) "reste") à charge de la COMMUNE DE GENAPPE, soit 350.000 €

* nonante six mille euros, car peut-être n'est-t-il pas inutile de le rédiger en toutes lettres, à l'instar de ce qui est la règle légale dans tous les contrats de crédit, afin que les intéressés puissent prendre pleinement conscience de l'ampleur de la somme en jeu, et pour laquelle on pourrait imaginer bien d'autres usages...

commentaires

Une simple question de priorités...

Publié le 7 Septembre 2015 par dominique VANESPEN dans RUE POINT DU JOUR (histoire d'une inaction obstinée)

Une simple question de priorités...

Plus ça change, et plus c'est la même chose...

Les instantanés qui suivent sont extraits de vidéos qui ont été enregistrées dans le début de soirée de ce lundi 7 septembre 2015, dans la montée de la rue Point du Jour à BOUSVAL.

Celle-là même qui attend les aménagements de sécurité promis pour la fin de ce mois d'août.

Certes, les chicanes destinées à ralentir les véhicules n'y sont pas encore installées, mais nous sommes heureux d'apprendre par l'éditorial du Journal de GENAPPE que les travaux de réfection des bacs à fleurs de la rue de Bruxelles sont bientôt terminés.

Dont acte...

Une simple question de priorités...
Une simple question de priorités...
Une simple question de priorités...
Une simple question de priorités...
Une simple question de priorités...
Une simple question de priorités...
Une simple question de priorités...
Une simple question de priorités...
commentaires

Pas les mêmes moyens...

Publié le 7 Septembre 2015 par dominique VANESPEN dans AUTRES

Défendre leur cause...

Quelle que soit la légitimité de leurs revendications, sur laquelle nous n'avons pas à nous prononcer, les agriculteurs et les routiers ont ceci en commun de pouvoir régulièrement les mettre en avant d'une manière, sinon efficace, du moins spectaculaire.

En déclenchant une belle pagaille, surtout au détriment de ceux qui n'y peuvent strictement rien.

Au moins savons-nous maintenant que la Politique Agricole Commune a beaucoup de détracteurs.

Malheureusement, pour faire avancer la sécurité routière dans le village de BOUSVAL, nous ne disposons pas des mêmes outils.

Et je nous vois mal bloquer les routes avec nos bics et nos agrafeuses.

Ou nos sécateurs et nos tondeuses.

Alors.

Aux prochaines élections, peut-être...

commentaires
<< < 1 2 3 > >>