Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog est destiné à servir de support à des actions et des échanges relatifs à l'insécurité routière et aux nuisances sonores liées au trafic dans l'entité du village de BOUSVAL (BRABANT WALLON)

Crèche au Point du Jour et écologie (2)...

Publié le 27 Octobre 2016 par dominique VANESPEN dans GENERALITES

Site de nidification dans le port d'ANVERS. Photo D VANESPEN

Site de nidification dans le port d'ANVERS. Photo D VANESPEN

La position écologiste...

L’année dernière à cette même époque, nous nous étions adressés aux principaux représentants de l'Opposition politique de et à GENAPPE.

Dans le cadre du présent site d’information, quoique essentiellement consacré à la sécurité routière et à la convivialité dans le village de BOUSVAL, nous souhaitions les interroger sur un autre sujet d'actualité : le projet de crèche communale au Point du Jour.

Faisant référence aux récentes démarches citoyennes que nous avions entreprises auprès de plusieurs Ministres de la REGION WALLONNE - ceux qui étaient compétents à divers titres dans la matière de l’Accueil de la Petite Enfance - nous faisions état des réponses circonstanciées que nous avions obtenues desdits mandataires, selon lesquelles certains aspects du projet méritaient que la question du choix même de son emplacement ne soit réexaminée par la VILLE DE GENAPPE.

Nous attirions également leur attention sur le fait que les modalités pratiques d’une éventuelle modification, moyennent le maintien du bénéfice des subventions régionales, avaient même été communiquées à cette dernière*.

Comprendre : chercher un lieu plus adéquat ne porterait pas préjudice à l’obtention des subsides...

Pour l’information de nos lecteurs, nous invitions donc les membres de l’opposition communale à nous faire connaître leur position, et les intentions de leur formation politique en ce qui concerne l’ensemble de ces questions. 

Par la voix de son Secrétaire politique, ECOLO GENAPPE n’avait pas tardé à réagir, en se déclarant « d’accord sur le constat que l’endroit pour implanter cette crèche est très mal choisi ».

Précisant que nous avions « correctement listé les raisons de ne pas la faire à cet endroit », la formation justifiait toutefois son vote favorable en invoquant le grand besoin de places pour les enfants de la commune, avec pour corollaire la nécessité de ne laisser passer le fait d’avoir des places supplémentaires en crèche.

Et de poursuivre : « Mais l'endroit ne nous plaisait pas. Nous lisons que le ministre parle des modalités relatives à la modification du lieu de l’implantation. Nous espérons donc que cette localisation sera revue. Nous pousserons en tout cas la majorité en ce sens » (sic).

Face à cette réponse, nous invitions dès lors le groupe écologiste à nous tenir informés des initiatives qu’il aurait prises dans ce dossier.

C’était le 14 novembre 2015.

A peine dix jours plus tard se tenait un Conseil Communal de GENAPPE au cours duquel, dans la rubrique « divers », un représentant humaniste interpella la majorité libérale sur l’existence de nombreuses « discussions sur l’emplacement de la crèche à BOUSVAL ».

De cette possibilité soudaine d’ouverture d’un possible débat, il faut (selon les « Chroniques » même du site ECOLO GENAPPE) retenir deux choses marquantes.

La réponse du Bourgmestre Gérard COURONNE, toute en nuances dans son argumentation détaillée quant à la qualité incontestable de son projet au Point du Jour : « elle restera là » (sic).

Et l’absence totale de réaction des écologistes !

Là où ils n’auraient précisément pas pu trouver meilleure opportunité de concrétiser leur intention déclarée de remettre en cause un tel choix.

Incompréhensible...  

(à suivre)

* pour rappel, la réponse du Ministre Wallon :

« Nous devons bien constater que les critères auxquels vous faites référence dans votre courriel, à savoir l’accessibilité d’une part, et le bruit d’autre part, n’étaient pas repris dans ceux retenus par les différentes administrations, davantage portés sur l’agencement et les normes auxquelles le bâtiment devait répondre.

Si nous pouvons le regretter aujourd’hui, il n’en demeure pas moins que ce projet répondait à l’appel lancé dans le cadre du plan Cigogne, raison pour laquelle il a été retenu.

Néanmoins, suite à un contact pris avec les cabinets du Ministre Wallon en charge des infrastructures de la petite enfance et du cabinet de la Ministre de la Fédération Wallonie- Bruxelles, en charge de l’accueil de la petite enfance, il apparaît que la ville de GENAPPE se soit interrogée sur les conséquences, dans le cadre du présent appel, d’une modification de l’implantation de la crèche. Il semble qu’il y ait donc une prise de conscience des instances communales sur l’opportunité de la localisation initialement choisie et d’une éventuelle modification de celle-ci ».

commentaires

Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS.

Publié le 22 Octobre 2016 par dominique VANESPEN dans AUTRES

Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS.

INTERLUDE

Le dimanche 21 juin 2009, nous avions l'opportunité de parcourir un jardin bien connu de certains privilégiés, pour avoir profité d'une des visites régulièrement organisées par les Amis de BOUSVAL.

L'occasion était trop belle pour un photographe amateur, d'autant qu'une météo légèrement couverte avait permis de raviver les couleurs multiples d'un incroyable écrin de verdure, étonnant par sa diversité et son aspect enchanteur.

Nous en publierons sans commentaire quelques clichés, en plusieurs parties. 

Photos : D VANESPEN

Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS.
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS.
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS.
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS.
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS.
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS.
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS.
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS.
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS.
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS.
Les petits trésors de BOUSVAL (7) : le jardin du Docteur PEETERS.

(à suivre)

commentaires

Excès de vitesse : tournée générale de PV (1) !

Publié le 20 Octobre 2016 par dominique VANESPEN dans AVENUE DES COMBATTANTS (du fond du court)

En première page du Journal de GENAPPE : difficile de ne pas le voir...

En première page du Journal de GENAPPE : difficile de ne pas le voir...

Offerte par le Bourgmestre de GENAPPE...

Pour peu que vous n'ayez pas vous-même été directement concernés par la vague de verbalisations qui vient de s'abattre sur plusieurs endroits « sensibles » de l'entité, vous aurez au moins pu apprendre la nouvelle par son Journal Officiel.

Elle y aura fait l'objet d'un article, mais nous lui avions également consacré un des nôtres dès le début du mois de septembre, auquel nous vous renvoyons ci-dessous : une opération de contrôle a été récemment menée aux abords des écoles, avec pour objectif de sanctionner les usagers coupables de vitesse excessive. 

Et avec des résultats inquiétants, de plusieurs dizaines d'entre eux pris en infraction sur ce point précis. 

On pourrait toutefois s'étonner, de cette crise soudaine de « flashage », plutôt subite et improvisée - ou plus exactement, effectuée à l’improviste - de nature à surprendre les conducteurs(trices) qui auront eu la simple malchance d’être « au mauvais endroit au mauvais moment », dans ce qui est un problème de comportement général.

Comprendre : malheureusement généralisé. 

Mais que ce soit encore parfaitement clair : nulle intention de notre part de contester la nécessité absolue d’une politique de répression crédible, la seule qui soit de nature à infléchir efficacement et durablement les comportements des usagers, simples distraits autant que (surtout) habitués des excès de vitesse.

Mais la moindre des choses serait dans ce cas que les autorités compétentes en la matière se montrent elles-mêmes totalement irréprochables, dans leurs agissements ponctuels autant que dans la cohérence générale de la signalisation routière en place.

Dans le premier cas, comment donc interpréter le fait que le véhicule banalisé ayant procédé au contrôle devant l’école communale de BOUSVAL en septembre dernier ait (selon les informations qui nous sont parvenues) opéré à même le trottoir*, ce qui est en contradiction avec les règles de base du stationnement que ces autorités entendent faire respecter par tout un chacun ?

Code de la Route : « Article 24. Interdiction de l'arrêt et du stationnement.

Il est interdit de mettre un véhicule à l'arrêt ou en stationnement à tout endroit où il est manifestement susceptible de constituer un danger pour les autres usagers de la route ou de les gêner sans nécessité, notamment:

1° (...) sur les trottoirs et, dans les agglomérations, sur les accotements en saillie, sauf réglementation locale » 

Pire.

Comment ne pas s’étonner de cette situation surréaliste plus ancienne, dont le témoignage nous avait été transmis par un lecteur peu après la création de ce site, d’une voiture banalisée appartenant à la ZONE DE POLICE NIVELLES-GENAPPE, installée pour un contrôle de vitesse sur... un emplacement d’arrêt des transports publics !

Par correction, nous en avons masqué la plaque minéralogique, bien que cette information soit aisément accessible sur le Net.

Avenue des Combattants, BOUSVAL, 4 janvier 2010. Photo RD.

Avenue des Combattants, BOUSVAL, 4 janvier 2010. Photo RD.

Dans le même ordre d’idées, s’agissant de la VILLE DE GENAPPE cette fois, comment peut-elle faire sanctionner les automobilistes pour ne pas avoir respecté scrupuleusement le « 30 à l’heure », tout en n’ayant pas elle-même veillé à ce que la signalisation en la matière soit réglementaire et en parfait état de fonctionnement ?

Or, nous devons bien constater qu’il existe des panneaux lumineux LED à BOUSVAL, sur l'avenue des Combattants, supposés annoncer une telle limitation de vitesse, tant avant l’école Saint-Marie qu’à l’approche de l’établissement scolaire communal, mais que ces feux sont curieusement hors service depuis plusieurs mois...

Vous savez : ce genre de panneaux... 

Excès de vitesse : tournée générale de PV (1) !

Une panne occasionnelle d’un de ces appareils reste bien entendu toujours possible et vraisemblable, mais que les deux soient demeurés en permanence « muets » a pour conséquence que les automobilistes n'aient pas eu leur attention particulière attirée sur la spécificité des lieux.

A moins d’imaginer que la VILLE DE GENAPPE n’ait pas acquitté sa facture d’électricité, nous devons bien constater qu’elle était - et reste toujours à l’heure actuelle - en défaut de répondre à ses propres obligations de sécurité publique, pour ne pas avoir veillé à ce que de tels appareils de signalisation soient pleinement opérationnels dès le début du mois de septembre !

Mais la rentrée scolaire n’était sans doute pas prévisible...

(à suivre)

* dissimulé derrière une grande poubelle, à hauteur de la boite aux lettres (mais on peut bien entendu discuter sur la notion de "stationnement" dans ce cas précis) 

commentaires

Crèche au Point du Jour et écologie (1)...

Publié le 18 Octobre 2016 par dominique VANESPEN dans GENERALITES

Crèche au Point du Jour et écologie (1)...

Avoir le courage de s’exprimer.... 

Entre les différentes représentations politiques locales au niveau de la commune de GENAPPE, la seule à entretenir régulièrement un site d’information du public digne de ce nom est la formation écologiste. 

En soi, cette singularité mérite être soulignée, tant le simple fait d’avancer sa position et de développer un tant soit peu ses opinions revient immanquablement à s’exposer à la critique, souvent facile.

Ce dont le rédacteur de cette série d’articles est lui-même pleinement conscient d’ailleurs.

D’autres au contraire ne semblent pas du tout estimer cette communication permanente envers les citoyens comme indispensable, et se contentent d’une existence de pure forme, c’est-à-dire limitée à des entrées sur leurs sites respectifs qui remontent au mieux (formation socialiste) à l’année passée, voire (formation humaniste) aux dernières élections communales.

Qui comme chacun sait eurent lieu en... 2012.

Quant à la majorité libérale, elle semble considérer que le Journal Officiel communal suffit à ses besoins en la matière*.

Pour ce qui est de la crèche au Point du Jour, face à un projet aussi ambitieux que de donner à l’entité de GENAPPE un lieu d’accueil de la Petite Enfance qui répondrait à toutes les exigences de modernité et de sécurité pour les usagers, autant que conforme aux impératifs élémentaires de santé et de bien-être, la formation écologiste avait en tout cas plus que son mot à dire.

Et c’est là que notre étonnement est grand.

Mais afin de rester le plus objectif possible, nous nous en tiendrons comme annoncé à ce qui nous en est connu, les « chroniques du Conseil Communal » du site ECOLO GENAPPE étant à cet égard notre principale source d’information.

De la part d’une formation supposée être à la pointe du combat pour la défense de l’environnement mais aussi pour sa meilleure adéquation possible avec les êtres vivants (ou plutôt est-ce à voir en sens inverse), les nombreux inconvénients majeurs du Point du Jour pour une crèche auraient pu et dû justifier une réaction ferme et vigoureuse.

Pollution sonore objectivée (65dB) par la REGION WALLONNE elle-même, graves suspicions de pollution atmosphérique engendrée par une circulation proche et de très grande envergure, impossibilité totale d’accès journalier par des moyens « doux », rien que l'énoncé qui précède avait de quoi susciter l'ouverture d'un débat plus que légitime. 

Encore était-ce avant qu’on ne parle de l’installation d’un antenne relais de téléphonie dans le clocher de l’église de BOUSVAL (pollution électromagnétique), ni même - surtout - qu'une actualité très récente n'attire l'attention sur le fait que le Point du Jour fait partie intégrante d'une zone à risque de radon, dangereux gaz radioactif dont les effets sont autant réels qu'il est lui-même totalement invisible. 

Fort méconnu de la population, mais qui ne devrait pas l'être - ni négligé - de nos décideurs et/ou représentants politiques...

Excusez du peu...

(à suivre)

* même semble-t-il en période électorale, ce sur quoi nous aurons certainement l’occasion de revenir 

commentaires

Les petits trésors de BOUSVAL (6) : menus d'un autre temps...

Publié le 15 Octobre 2016 par dominique VANESPEN dans AUTRES

Château DELHAIZE 4 mai 2008. Photo D VANESPEN

Château DELHAIZE 4 mai 2008. Photo D VANESPEN

Certainement pas pour le commun des mortels...

Mais au château de BOUSVAL, demeure acquise en 1886 par Monsieur Adolphe DELHAIZE, l'un des fondateurs de la distribution belge moderne, il arrivait semble-t-il qu'on fasse bombance. 

Et plutôt deux fois qu'une.

Pour preuves, ces anciens et authentiques menus, qui témoignent de repas fort gastronomiques.

L'Histoire - du moins, la petite histoire du village de BOUSVAL - n'a toutefois pas retenu si de tels repas pantagruéliques étaient monnaie courante, voire journaliers, ce que pourrait laisser à penser le fait qu'ils furent servis (sauf erreur induite de nos recherches sur le Net) respectivement un jeudi et un lundi, soit en pleine semaine, ce qui ne semble pourtant pas des moments de prédilection bien choisis pour organiser des fêtes. 

Nulle information n'existe par ailleurs pour savoir si ces successions de mets étaient elles-mêmes accompagnées de boissons de prestige, ni si l'eau minérale des Sources de BOUSVAL était à l'époque disponible à la table, ce qui est vraisemblable vu qu'elle fut « officiellement reconnue en 1913 ».

Menu servi le jeudi 22 décembre 1898 au château de BOUSVAL  (collection D. VANESPEN)

Menu servi le jeudi 22 décembre 1898 au château de BOUSVAL (collection D. VANESPEN)

Huîtres Impériales

Consommé Parisien

Bouchées Monglas

Saumon sauce Hollandaise

Filet de boeuf aux champignons

Chaufroix de volaille sauce Vincent

Punch Suédois

Haricots verts à la maître d'Hôtel

Bécassines sur canapé

Pâté de colmar

Glace Violetta

Fruits

Desserts

Menu servi le lundi 30 septembre 1901 au château de BOUSVAL (collection D. VANESPEN)

Menu servi le lundi 30 septembre 1901 au château de BOUSVAL (collection D. VANESPEN)

Potage aux tomates

Turbot sauce hollandaise

Cotelettes d'agneau purée de marrons

Ris de veau Dame Blanche

Céléris à la moëlle

Poulardes au jus

Grives Liégeoise

Foie gras en croute

Gâteau méringué

Fruits - Desserts

Menu servi le jeudi 30 septembre 1901 au château de BOUSVAL (collection D. VANESPEN)

Menu servi le jeudi 30 septembre 1901 au château de BOUSVAL (collection D. VANESPEN)

Château DELHAIZE 4 mai 2008. Photo D VANESPEN

Château DELHAIZE 4 mai 2008. Photo D VANESPEN

commentaires

Radon, gaz radioactif : suite !

Publié le 11 Octobre 2016 par dominique VANESPEN dans GENERALITES

Radon, gaz radioactif :  suite !

Nous n’inventions rien...

Ainsi que nous l’avons déjà précisé à de nombreuses reprises déjà, toutes les informations techniques contenues dans nos articles sont authentiques et vérifiables.

Que ce soit les données émanant de la REGION WALLONNE, d’un SERVICE PUBLIC FEDERAL, voire du site de la VILLE DE GENAPPE elle-même, ou qu’il s’agisse d’études scientifiques récentes réalisées sur des sujets divers et disponibles sur le Net, notamment celles qui ont été consacrées à des thèmes fondamentaux de santé publique comme les impacts de pollutions telles que le bruit ou les émanations nocives de la circulation routière, ou les critères de qualité pour la construction des maisons d’accueil de la Petite Enfance, etc. etc...

Elles sont mêmes fréquemment annexées dans ou au bas de nos articles, et référencées par liens dans toute la mesure du possible.

Nous sommes dès lors agréablement (tout est relatif) surpris d’être rejoints par l’actualité* dans nos tout récents propos en ce qui concerne la nocivité prouvée du radon, auquel nous consacrions notre dernier article portant sur la crèche au Point du Jour à BOUSVAL.

Pourtant, lors de la présentation de son projet de SCHÉMA DE STRUCTURE par la VILLE DE GENAPPE, en octobre de l’année dernière (dans les locaux de l’école communale), nos développements de l'époque avaient été balayés d’un revers de la main par le Bourgmestre Gérard COURONNE qui, interpellé sur ce même sujet par une des personnes du public, s’était borné à affirmer que nos articles « ne tiennent pas la route ».

Sic.

Une sérénité qui l'honore.

Comment dès lors ne pas s’étonner - pour ne pas dire plus - à l’heure actuelle du même silence, un an plus tard, affiché par les autorités communales, malgré tout le mal supplémentaire qu’on peut penser de leur projet, pour peu évidemment qu’on prenne la peine d’approfondir la problématique !

Une fois encore, la question est posée avec d’autant plus d’acuité.

Pourquoi s’obstiner à construire une crèche « bling bling », prétendument (en apparence seulement) à la pointe des exigences modernes, alors qu’elle est projetée dans un endroit hautement à risques et autres désagréments rédhibitoires pour des enfants en bas âge, ce pour toutes les raisons que nous avons décrites jusqu’à présent ?

Alors que GENAPPE serait dans le même temps « la commune la plus étendue du BRABANT WALLON » ?

Resic.

Principe de pré... préc... comment dites-vous encore ?

* voir ci-dessous

Idem

Idem

commentaires

Les petits trésors de BOUSVAL (5)...

Publié le 9 Octobre 2016 par dominique VANESPEN dans AUTRES

Encadrement de fenêtre en cimorné, mélange divers de couleurs. Détail. Maison située rue Haute à BOUSVAL.

Encadrement de fenêtre en cimorné, mélange divers de couleurs. Détail. Maison située rue Haute à BOUSVAL.

Façades en péril...

Voici quelques années déjà, votre serviteur avait attiré l'attention des « Amis de Bousval » sur l'intérêt esthétique et parfois historique que peuvent représenter les devantures de certaines maisons de nos villes et villages du BRABANT WALLON.

Bien que ce soit le genre de détails sur lesquels on s'arrête rarement - vie quotidienne trépidante et déplacements en voiture obligent - ils méritent pourtant que l'on prenne le temps de s'y attarder, raison pour laquelle une promenade avait d'ailleurs été organisée par l'association à cette même époque dans le centre de BOUSVAL, avec pour thème quelques façades typiques de la localité.

Notre intention n'est pas de développer longuement l'histoire de ce qui est communément connu (si peu du grand public) comme étant de la « marbrite », bien que ce site ait sans doute encore un bel avenir devant lui et que l'occasion s'en présentera peut-être un jour.

Que les lecteur(trice)s sachent seulement qu'il s'agissait à l'origine d'une décoration intérieure en plaques de verre opacifié, coloré dans la masse et qui imitait le marbre (d'où le nom), que l'on pouvait trouver aussi bien dans des salles de bains et des halls d'entrée de maisons particulières que dans des magasins, voire même également dans la salle d'opérations de certains hôpitaux.

Publicité originale pour la marbrite. Collection D VANESPEN

Publicité originale pour la marbrite. Collection D VANESPEN

Inventé par un maître-verrier durant la Première Guerre Mondiale, ce matériau fut produit à grande échelle par les verreries de FAUQUEZ, connaissant un grand succès dans l'architecture Art Déco de notre pays, principalement durant les années vingt et trente.

Ci-dessous un échantillonnage de l'époque, prospectus commercial qui atteste de la multiplicité des teintes et nuances qui étaient proposées.

Prospectus pour la marbrite, décoration d'intérieur. Verreries de FAUQUEZ. Collection D VANESPEN

Prospectus pour la marbrite, décoration d'intérieur. Verreries de FAUQUEZ. Collection D VANESPEN

Idem détail.

Idem détail.

Échantillons de teintes.

Échantillons de teintes.

Idem détail

Idem détail

Idem détail

Idem détail

Idem détail

Idem détail

Par la suite, une technique de valorisation des déchets de marbrite (qui représentaient près de 30 % de la production) donna naissance au « cimorné » (ciment orné), qui fut abondamment utilisé dans notre pays pour réaliser des revêtements de façade, brillants et colorés, semblables à un crépis et dont les fonctions étaient à la fois d'isolation et esthétique.

Cimorné revêtement de façade uni-teinte.

Cimorné revêtement de façade uni-teinte.

Idem, détail.

Idem, détail.

De nombreuses façades de ce type subsistent encore, même si malheureusement elles tendent à disparaître, progressivement, suite à leur remplacement par un revêtement de briques « néo classiques » (deux maisons contiguës sur l'Avenue des Combattants, à hauteur du viaduc de Noirhat), voire même plus récemment par leur mise en peinture pure et simple (une autre, Chaussée Provinciale à WAYS).

Quand ce ne sont pas celles qui sont endommagées par des impacts de véhicule (grue, également à BOUSVAL).

Si la REGION BRUXELLOISE a en effet pris d'une manière générale des mesures de protection de tout ce qui peut être qualifié de « petit patrimoine », rien ne semble avoir été fait dans la nôtre, sans même parler de l'entité de GENAPPE, particulièrement riche dans ce domaine.

Nous narrerons peut-être plus tard une bien triste anecdote, qui nous semble particulièrement symptomatique à cet égard, celle de la destruction de l'ancienne... Maison communale de l'Urbanisme, située en plein centre ville et qui possédait pourtant ce type de façade !

Surréaliste...

Mais pour ceux(celles) qui seraient intéressé(e)s d'approfondir le sujet, une étude détaillée lui a été consacrée, dans un fascicule qui doit certainement être encore disponible auprès de la REGION WALLONNE.

Idem détail.

Idem détail.

PS une matière qui ne laissa en tout cas pas indifférente Luna, notre chatte de 14 ans, à moins que ce ne soit sa gourmandise perpétuelle...

Les petits trésors de BOUSVAL (5)...
commentaires

Léger changement dans notre programme (4) : les partis...

Publié le 6 Octobre 2016 par dominique VANESPEN dans GENERALITES

Sous-toiture d'une annexe du « Château DELHAIZE ». Photo D VANESPEN

Sous-toiture d'une annexe du « Château DELHAIZE ». Photo D VANESPEN

Plongeon dans les méandres de la politique politicienne...

Comme nous vous l’avions annoncé, et même si nous souhaitons toujours conserver notre indépendance totale et permanente envers elles, nous n’avons pas d’autre choix que de faire le point sur les positions adoptées jusqu’à présent par les formations locales en ce qui concerne le projet d’installation d’une crèche au Point du Jour à BOUSVAL.

Mais à ce stade de développements, et pour que les choses soient parfaitement claires pour tout lecteur qui prendrait ces débats en cours de route, nous tenons à insister une dernière fois sur le fait que nous n'avons jamais contesté, en aucune manière, son principe même*.

Nous n'avons évidemment rien contre le projet.

Mais tout contre son emplacement tel que choisi par la VILLE DE GENAPPE !

Dorénavant, nous ne parlerons donc plus de « crèche de BOUSVAL ».

Mais bien de « crèche au Point du Jour ».

Concernant un sujet qui est donc extrêmement sensible, sur un plan émotionnel autant que politique, mais dont l’objectif ultime ne devait pas être perdu de vue par nos représentants élus au profit de considérations à court terme d'un pur calcul électoral, nous ferons donc état du dossier politique, du moins dans ce que nous en savons.

A notre modeste niveau bien entendu, soit en fonction des informations qui furent officiellement diffusées, de même que du résultat de certains contacts informels avec les intéressés.

Ne revenant plus (provisoirement) sur la position monolithique de la majorité "libérale", exprimée par la voix de son Bourgmestre, nous nous attacherons à ce qui est présumé constituer l’opposition dans l’entité de GENAPPE, et qui devrait théoriquement incarner le nécessaire et légitime contrepoids démocratique.

Commençons par la tendance « humaniste ».

Qui n’aura pas, dès le départ, débordé de sens critique, que du contraire.

D'une manière particulièrement surprenante, elle se fendit même à l'époque d'un communiqué surréaliste, selon lequel « les mandataires du CDH de GENAPPE (...) ont soutenu activement ce projet auprès du Ministre René COLLIN, en charge du financement des infrastructures d’accueil de la petite enfance ».

Elle n’hésitait dès lors pas à se féliciter « de l’attention particulière qui a été apportée par la REGION WALLONNE à ce dossier ».

Comme de principe, nous n'inventons strictement rien, car nous citons mot pour mot.

Ce qui ne manque pas quant à nous de nous choquer au plus haut point !

Dans le cadre d’une procédure contraignante confiée par le Gouvernement Wallon pour vérifier et sélectionner, en dehors de tout influence politique ou partisane, la QUALITÉ et la CONFORMITÉ des dossiers présentés en vue de bénéficier d’un subside Cigogne III, l’on pourrait légitiment s’interroger sur le point de savoir s’il est démocratiquement sain et politiquement correct que des mandataires locaux viennent ainsi ouvertement se vanter d’avoir influencé l’avancement d’un dossier... en allant simplement « trouver le Ministre ».

Pourvu qu’il soit de la même « bonne » couleur évidemment.

Les vieilles habitudes partisanes...

Les lecteurs ayant un sens critique à l'égard du monde politique en général apprécieront.

Par la suite, et après une telle fanfaronnade, aucune réserve ni condition ne seront jamais émises par la formation humaniste sur la qualité du projet, notamment sur la pertinence du choix de l'emplacement du Point du Jour pour y installer une crèche destinée à abriter des enfants en très bas âge.

Au-delà (pour mémoire) de son insistance à obtenir de la part de la VILLE DE GENAPPE qu’elle veille à aménager en conséquence la voirie d’accès à la crèche, une demande dont on ne sait trop si elle résulte du remords de ce monde politique d'avoir laissé cette rue et ses riverains livrés à leur sort, sans aménagement de sécurité, durant plusieurs décennies...

Se donner bonne conscience donc.

A moins que ce ne soit pour couper l'herbe sous les pieds à d'éventuels opposants et autres indésirables, dans l’accomplissement de ce qui reste présenté comme un des projets « phare » de la présente législature.

Alors finalement.

Du bruit infernal.

D'un lieu inhospitalier exposé en hauteur, à tous vents et à côté d'un cimetière.

De la pollution atmosphérique engendrée par la circulation démentielle de la RN25.

D'une quasi impossibilité d'accès pour des ménages dépourvus de voiture** ou trop éloignés dans d'autres villages de l'entité.

Nulle de ces questions ne sera jamais soulevée ou à peine esquissée par la formation humaniste de GENAPPE !

Mais au fait.

A propos de pollutions et autres inconnues non maîtrisées...

Qu'en pensent donc les écologistes ?

(à suivre)

* pour autant que de besoin, nous tenons d'ailleurs à rappeler une fois pour toutes que le fils du rédacteur fut le tout premier enfant inscrit à la crèche communale de BOUSVAL sur l'avenue des Combattants, celle qui fonctionne toujours actuellement, et qui est appelée à disparaître. Pour l'anecdote, c'était même le bambin, tenant à peine sur ses jambes, que la caméra de la télévision locale TV COM filmait au ras du sol lorsqu'il découvrait pour la première fois les locaux dans lesquels il allait être accueilli durant ses plus jeunes années...

** nous y reviendrons très prochainement

commentaires

Rencontre du troisième type.

Publié le 4 Octobre 2016 par dominique VANESPEN dans AUTRES

Linteau de porte d'entrée en roche ordovicienne. Rue du Château BOUSVAL. Photo D. VANESPEN

Linteau de porte d'entrée en roche ordovicienne. Rue du Château BOUSVAL. Photo D. VANESPEN

Souvenirs, souvenirs...

En effectuant des recherches pour notre tout récent article* consacré au sous-sol méconnu de notre village, nous sommes tombés presque par hasard sur un témoignage que nous avions rédigé pour notre blog de paléontologie, non pas sur cette sortie elle-même, mais sur une autre promenade de géologie effectuée à la même époque dans notre région.

Organisée par l'association « Les Amis de Bousval ». cette activité allait bien débuter, avant de prendre une tournure totalement inattendue, par un fait divers tellement révoltant qu'il faire l'objet d'une plainte au Parquet de NIVELLES et à la Police de GENAPPE

Qui finirait malheureusement par être classée sans suite...

Ce compte-rendu, nous ne résistons pas à l'envie de vous le reproduire ci-dessous.

In extenso...

Explications circonstanciées d'un géologue, devant.. sa propre maison. Photo D VANESPEN

Explications circonstanciées d'un géologue, devant.. sa propre maison. Photo D VANESPEN

Quad neuf à Bousval ?

Cet article aurait tout aussi bien pu s’intituler « C’est arrivé près de chez vous ».

Cela s’annonçait pourtant comme une belle promenade, une des nombreuses que vous pouvez faire dans la localité.

Le temps était propice, incroyablement doux, dans un milieu de journée qui allait s’annoncer comme le point culminant d’un redoux d’arrière-saison tel qu’on n’osait même plus l’espérer.

Une ballade à thème, didactique, puisque notre guide était un professionnel de la géologie.

Le but de l’activité du jour était d’examiner des affleurements de roches et de sable, mais cela eût pu être une « promenade champignons » ou une simple ballade de santé.

Cela avait débuté dans une atmosphère bon enfant, par une explication préalable dispensée dans le porche de l’église.

Un sujet très pointu : difficile évidemment de résumer quelques centaines de millions d’années en quelques explications pourtant agrémentées de force graphiques !

Puis la petite troupe avait emprunté le tout fringant Ravel pour remonter à mi-hauteur du sentier de la Roche.

Une douzaine de personnes dans ce chemin encaissé, pentu et exigu, où la progression est rendue malaisée par les pierres et une profonde ravine.

Halte dans le sentier "chemin de la Roche", avec ses schistes noirs de l'ère primaire (Formation de Mousty)

Halte dans le sentier "chemin de la Roche", avec ses schistes noirs de l'ère primaire (Formation de Mousty)

Une nouvelle halte devant la roche verdâtre puis, tout à coup, les vrombissements en arrière. Quatre gros quads surgissent et entament la montée.

Le premier d’entre eux arrive à hauteur des promeneurs : un court échange, histoire de leur faire comprendre que nous sommes en milieu forestier et qu’ils ne sont pas les bienvenus.

Le conducteur s’énerve très vite, hurle pour qu’on lui cède le passage et devant le refus unanime, il met brutalement les gaz.

Dans le vrombissement du véhicule typique de ces grands amoureux de la Nature, il passe en trombe, les piétons surpris ayant juste le temps de s’écarter et de se mettre à l’abri de part et d’autre du chemin.

Outrée, la douzaine de promeneurs se regroupe et bloque à nouveau le passage aux trois quads restants, ceux qui entendent poursuivre la montée.

Nouveaux échanges verbaux, le premier conducteur avec un enfant en bas âge tente une explication foireuse, mais la décision est prise : on téléphone illico au 101, service de Police.

Photo C WIBO

Photo C WIBO

Ils ont compris et entament laborieusement leur manœuvre de marche arrière pour effectuer un demi-tour et disparaître finalement au bas du sentier.

La promenade reprend mais pour une très courte durée : le premier quad, celui qui avait forcé le passage, réapparaît sur la hauteur et revient rapidement devant la petite troupe.

Pas question de le laisser passer. Le conducteur du quad s’énerve à nouveau et recommence à hurler, proférant des menaces contre un des membres, celui qui est directement devant son véhicule.

« Bouge toi ! Bouge-toi de là. Bouge-toi parce que je t’écrase ! »

Il avance et le piéton finit par tomber en arrière, immobilisé, coincé presque sous la machine : « Mon pied est en dessous »

Le conducteur du quad continue à hurler : « Je m’en fous ».

Le piéton : « Je ne sais pas : j’ai mes pieds en dessous ».

Photo C WIBO

Photo C WIBO

L’autre : « Dépêche-toi parce que je t’écrase. Tu ne seras pas le premier, tu ne seras pas le dernier ! »**

Il se lève sur son quad et empoigne par la veste l’un des autres promeneurs, le menaçant de lui porter des coups.

Tout le monde se mobilise. On en profite pour extraire l’infortuné piéton et devant la tournure dangereuse qu’ont pris les événements, on crie au quadeur de dégager, ce qu’il s’empresse de faire dans un grand vrombissement de son gros et viril engin couvert de boue.

Cela s’est passé par un joli dimanche ensoleillé d’arrière-saison, propice aux promenades, le 12 octobre 2008, dans un calme sentier de BOUSVAL.

Près de chez vous.

* nous espérons qu'il aura intéressé tous les géologues ou professeurs de géographie de l'entité

** reproduction fidèle d'un enregistrement audio pris sur le vif

commentaires

BOUSVAL-PLAGE. Putain : deux ans !

Publié le 3 Octobre 2016 par dominique VANESPEN dans GENERALITES

Contrôle radar à hauteur du cimetière, rue Point du Jour, BOUSVAL 31 janvier 2015. Photo D VANESPEN

Contrôle radar à hauteur du cimetière, rue Point du Jour, BOUSVAL 31 janvier 2015. Photo D VANESPEN

Loin d'avoir été le pire des cas...

Pour des raisons techniques, nous n'avons en effet malheureusement pas d'illustration d'autres moments forts de ce contrôle de radar préventif qui avait été effectué au début janvier de l'année dernière, par les services de Police de la ZONE NIVELLES-GENAPPE.

Mais les lecteurs nous feront l'amitié de nous croire sur parole*, sur le fait que des voitures dépassaient parfois le 100 km/heure dans cette rue de village, ce plus fréquemment qu'on ne pouvait le croire.

Que nous ayons été contraints de braver le froid plusieurs soirées d'hiver pour obtenir un tel reportage, histoire de nous ménager des preuves tangibles de ce que nous avancions, en vue d'objectiver et d'appuyer d'autant nos demandes auprès des autorités communales, est le symptôme d'un mal qui nous semble récurrent en la matière.

N’ayons pas peur des mots : l'immobilisme.

Que nous avons déjà utilisé dans de précédents articles d'ailleurs.

Car, même si nous pouvons parfaitement comprendre et admettre sans souci que la sécurisation de la traversée de BOUSVAL (avenue des Combattants) suppose obligatoirement une collaboration avec d’autres instances, la REGION WALLONNE en l’occurrence, et que des impératifs de bonne gestion appellent logiquement à coupler l’aménagement de la Place de la Gare avec d’éventuels travaux de réfection de cette voirie, d’autres interventions qui dépendent exclusivement de la bonne volonté communale restent ainsi à désirer, durant de très - trop - longues années.

Pour exemple, nous ne pouvons que retenir ce cas symbolique de la rue Point du Jour, dans la montée vers le cimetière, dont il était largement connu qu’elle supportait une circulation très importante, mais avec cette circonstance aggravante que les vitesses et les comportements de conduites (totalement) à gauche avaient été à maintes reprises dénoncés sans aucune suite généralement quelconque.

Finalement, après plusieurs tentatives infructueuses, il nous aura fallu la création de ce site, quelques lettres de citoyens demandeurs de sécurité routière, et l'initiative d'une pétition en bonne et due forme pour faire bouger les lignes.

Avec ce sentiment amer - cette conviction profonde - que rien n'eût encore été fait à ce jour sur place sans notre obstination et nos actions répétées !

Mais si cet article célèbre la deuxième année d’existence de BOUSVAL-PLAGE, il constitue donc aussi la première date anniversaire pour la problématique qui précède, puisque c’est l’année dernière à cette même époque que des chicanes avaient fait leur apparition dans la rue Point du Jour précitée.

Rue Point du Jour, BOUSVAL 5 octobre 2015.

Rue Point du Jour, BOUSVAL 5 octobre 2015.

Un système qui n’avait toutefois pas notre préférence et dont l'efficacité s'avére fort relative par endroits, de même que son esthétique assez douteuse.

D'une manière plus générale, et au risque de nous avancer, notre sentiment est qu’il n’existe au niveau de la VILLE DE GENAPPE aucune détermination à prendre le problème de la sécurité routière à bras le corps, et de TOUT faire pour améliorer sensiblement la situation, ne fut-ce par exemple qu’en appliquant sur le terrain et envers les usagers une politique de communication COHÉRENTE, qui voudrait que l’on instaure systématiquement des solutions réglementaires (signalisations) identiques pour des situations totalement semblables.

Une vision d'ensemble...

Ainsi, pourquoi des panneaux de priorité de droite au bénéfice de simples chemins de terre, alors qu’ils ont été refusés dans des cas (tous proches) de croisements fréquentés et plus dangereux, sous prétexte que cette priorité est évidente, ce dont ne semblent pas conscients nombre d'habitués des lieux ?

Cas vécu, sur lequel nous reviendrons à l’occasion...

Rue Point du Jour, 27 septembre 2009 (panneau disparu depuis lors)

Rue Point du Jour, 27 septembre 2009 (panneau disparu depuis lors)

Pourtant, la sécurité routière constitue une des préoccupations majeures de la population, ce que confirment encore tout récemment certaines plaintes émises sur les réseaux sociaux de la localité de GENAPPE.

Certes, toutes les formations politiques se déclarent volontiers prêtes à s’investir dans ce domaine.

Régulièrement même, surtout lors des élections communales.

Mais les dernières eurent lieu le 14 octobre 2012.

Alors, pour paraphraser l’ancien président américain Ronald REAGAN qui s’adressait directement au public après un débat télévisé contre son opposant Jimmy CARTER.

En matière de sécurité routière.

Notamment pour la traversée de BOUSVAL.

« Êtes-vous dans une meilleure situation aujourd’hui qu’il y a 4 ans ? ».

Poser la question, c'est peut-être un peu y répondre...

* nous disposons des chiffres détaillés d'un contrôle effectué plus bas dans la montée, quelques mois auparavant, mais que nous nous sommes engagés à ne pas publier.

commentaires
1 2 > >>