Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog est destiné à servir de support à des actions et des échanges relatifs à l'insécurité routière et aux nuisances sonores liées au trafic dans l'entité du village de BOUSVAL (BRABANT WALLON)

La photo du (Point du) Jour...

Publié le 11 Octobre 2014 par dominique VANESPEN dans L'IMAGE DU JOUR (combien leur en faudra-t-il ?)

Mais depuis QUAND roule-t-on à GAUCHE en BELGIQUE ?

N° 04

La photo du (Point du) Jour...
commentaires

Quoi de neuf à BOUSVAL ?

Publié le 11 Octobre 2014 par dominique VANESPEN dans QUADRATURE EN CERCLES (comment tourner bruyamment en rond).

Pour celles et ceux qui se seraient à juste titre interrogé(e)s sur la raison mystérieuse, voire la signification du nom que porte ce blog pourtant consacré à la sécurité routière dans notre village, c’est le moment de lire ces lignes !

L’explication n’est pas simple.

Voire même un peu alambiquée…

Peut-être le rédacteur de cet article - et créateur du blog, tiens, quelle coïncidence - est-il le seul dans le cas, mais il peut lui arriver, lorsqu’il rentre chez lui après une rude journée de travail ou au terme d’un long trajet en voiture, d’arrêter celle-ci et d’en couper enfin le moteur en s’exclamant occasionnellement « Bousval-Plage ».

Si l’origine de cette curieuse coutume remonte à des temps lointains que ma mémoire est incapable de situer, le ton emprunté est toujours celui d’un imaginaire conducteur de transport public qui viendrait annoncer à ses passagers qu’ils ont atteint le terminus.

Qu’ils sont arrivés à destination.

Façon de parler, pourrait-on dire, chacun étant libre d’interpréter cette formule dans le sens qui lui convient.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord, le choix de ce titre n’a donc strictement rien à voir avec le fait que sont organisées de temps à autre dans notre localité des joutes de « beach-volley », non sans l’impressionnant étalement de quelques tonnes de sable.

Rien à voir !

Mais alors, « pourquoi Bousval-Plage ? », me demanderont les courageux lecteurs qui auront poussé leur curiosité jusqu’ici.

Pour mieux comprendre la raison profonde du titre de ce blog, je vous invite d’abord à regarder attentivement la vidéo qui illustre cet article.

Pour peu que vous ayez mis le son, elle sera éloquente.

Dans un village supposé être plutôt paisible, voire une incitation aux promenades champêtres, surgissent à intervalles réguliers, depuis plusieurs années maintenant, des véritables hordes de quads telles que celles que vous aurez pu voir et - surtout - entendre.

Qu’en penser, outre le fait que ces déferlements se produisent dans une rue de village en cul-de-sac qui leur est officiellement interdite par la présence à son entrée d’un panneau « Réservé aux riverains » à droite, et d’un autre panneau « Circulation locale », à gauche.

L’impression qui se dégage lors ces passages intempestifs est - si vous souhaitez mon avis et vous ne me le demanderiez pas que je vous le donnerais tout de même - de la violence.

Ce ne sont pas seulement la vitesse qu'ils maintiennent lors de leur passage, nonobstant la présence de maisons d'habitations voire même de piétons (pourtant dits, "usagers faibles") dans la rue, à quelques centimètres de leurs roues, ni le bruit assourdissant de leurs moteurs surdimensionnés, ni leur accoutrement digne des meilleurs films de guerre, mais aussi l'indifférence, voire le mépris qu'ils affichent à l'égard de leurs concitoyens.

L'on penserait moins à des amoureux de la Nature partis cueillir des champignons en écoutant le chant des oiseaux qu'à une colonne blindée !

Tenter de les interpeller pour entamer une quelconque discussion - comprendre "essayer de parlementer" - sur leur présence indésirable serait audacieux et franchement risqué, des expériences précédentes nous l'ayant démontré, que nous raconterons dans d'autres articles.

Mais pour en revenir donc à celui qui nous occupe, je ne vois pas à quoi comparer ces invasions, à part au débarquement de Normandie.

Sur des plages, vous vous souvenez ?

(à suivre)

Quoi de neuf à BOUSVAL ?
commentaires

La photo du (Point du) Jour...

Publié le 10 Octobre 2014 par dominique VANESPEN dans L'IMAGE DU JOUR (combien leur en faudra-t-il ?)

Mais depuis QUAND roule-t-on à GAUCHE en BELGIQUE ?

N° 03

La photo du (Point du) Jour...
commentaires

La petite histoire d'une grande occasion manquée...

Publié le 9 Octobre 2014 par dominique VANESPEN dans AVENUE DES COMBATTANTS (du fond du court)

Rétroactes.

Les démarches citoyennes collectives et les initiatives personnelles pour une amélioration substantielle de la sécurité routière dans la traversée du village de BOUSVAL ne datent pas d’hier.

Loin s’en faut…

Sans nul doute tenterons-nous à l’occasion, pourvu que ce site rencontre un minimum de succès, de passer en revue quelques autres savoureux exemples dans ce domaine.

Mais des événements récents nous ont confortés dans l’impression que tout n’est pas fait, qui pourrait et devrait l'être, en la matière.

Quelques rétroactes : suite à une lettre portant sur la sécurité routière, qui avait été adressée en début de cette année aux autorités communales, ces dernières n’avaient pas tardé à proposer d’organiser une rencontre.

Elle allait avoir lieu en date du 13 mars dernier, entre les autorités communales et policières d’une part, et les intéressé(e)s de l’autre, entendre par là : des membres de l’association « Les Amis de Bousval », des représentants de quartiers spécifiques et des personnes simplement mobilisées à titre individuel. Le présent article ne portera pas sur le compte-rendu exhaustif des nombreux échanges qui allaient avoir lieu durant cette réunion, à laquelle nous aurons l’opportunité de revenir plus tard.

Mais un fait loin d’être anodin allait être qu’un représentant du Service des Travaux de la REGION WALLONNE, également invité à participer aux débats, allait annoncer qu’un budget avait été dégagé pour une réfection d’une partie de l’Avenue des Combattants à BOUSVAL.

Précisons à ce propos, pour les rares qui ne le sauraient pas déjà, que cette chaussée relève d’une compétence régionale et non communale.

Quelle n’allait pas être la surprise des participants, simples particuliers, de s’apercevoir que les autorités locales apprenaient elles-mêmes sur le moment une telle nouvelle, n’ayant apparemment pas du tout été concertées ou à tout le moins informées à ce propos.

Qu’à cela ne tienne : ce budget presque miraculeux, "tombé du ciel", n’était-il pas une opportunité à saisir - voire surtout à ne pas rater - pour procéder à des aménagements de sécurité supplémentaires sur la portion concernée ?

Mais déjà, l’affaire semblait mal plutôt engagée : curieusement, la partie de chaussée devant faire l’objet d’une réfection partait bien du centre du village, à hauteur de la montée vers l’église, mais dans la direction de GENAPPE, ce qui paraissait d’autant plus contestable que cette même voirie semblait être en relatif meilleur état que son prolongement immédiat en sens opposé, soit dans la direction d’OTTIGNIES.

Des demandes allaient alors être formulées lors de cette réunion, pour que des aménagements supplémentaires soient envisagés lors de ces futurs travaux : même si une infrastructure « lourde » n’était selon les dires de représentant régional pas possible budgétairement (les prévisions portaient sur un simple renouvellement de l'assise de voirie, par un rabotage suivi d'un ré-asphaltage), sachant bien entendu que ces « surplus » engendreraient forcément un coût imprévu, des avancées restaient possibles, par exemple en termes de signalisation adéquate au sol, par un marquage axial par exemple.

Mais les choses allaient rester en l’état, plusieurs mois durant, sans que les particuliers ayant participé à cette réunion - dont deux personnes avaient pourtant été désignées par pragmatisme comme interlocuteurs préférentiels pour tous contacts ultérieurs - ne soient tenus au courant de la suite qui avait été donnée par les autorités communales et régionales dans ce domaine très précis.

A défaut de toute information ultérieure, une lettre de rappel allait finir par être adressée par le président des « Amis de Bousval », en début du mois de juillet (de même qu’un article sur le sujet paraissait dans l’édition estivale du Bousvalien), une demande à laquelle la COMMUNE DE GENAPPE allait simplement réagir en transmettant copie d’une lettre qu’elle envoyait elle-même à la REGION WALLONNE en date du... 18 août 2014.

La proposition était faite par la première à la seconde de finaliser un marquage au sol, (double bande blanche avec portion rouge au centre), s'offrant même à partager les frais liés auxdits aménagements.

Sauf erreur de notre part, à laquelle il appartiendrait aux intéressés de réagir en sens contraire, ce sera donc pas moins de quatre mois après la réunion plénière consacrée à la sécurité routière à BOUSVAL que nos autorités locales exprimaient formellement à la REGION WALLONE leur (?) souhait par une proposition ferme visant à « optimiser » les travaux prévus sur l’Avenue des Combattants…

La suite était malheureusement prévisible et est maintenant connue de tous : quelques petites semaines plus tard, le site Internet de cette même COMMUNE DE GENAPPE annonçait officiellement le début des travaux de réfection et leurs modalités pratiques en termes de déviations, confirmant de facto qu’aucune perspective de valorisation d'une telle remise à neuf de la chaussée ne pouvait être espérée.

Précisons toutefois qu'un rappel allait être adressé par la COMMUNE à la REGION en date du 16 septembre, sans que la suite n'en soit actuellement connue.

Après une telle inertie, quoi de plus naturel de craindre que ce nouvel asphalte sur une telle voirie parfaitement rectiligne n'incite à nouveau certains conducteurs à pousser une dernière pointe de vitesse, sachant pertinemment que les risques de sanction à cet endroit sont proportionnels au caractère fort sporadique et peu publicisé des contrôles effectués sur place.

Un beau coup dans l’eau donc…

Avenue des Combattants, 2013, photo GDU

Avenue des Combattants, 2013, photo GDU

Avenue des Combattants, 2013, photo GDU

Avenue des Combattants, 2013, photo GDU

commentaires

La photo du (Point du) Jour...

Publié le 9 Octobre 2014 par dominique VANESPEN dans L'IMAGE DU JOUR (combien leur en faudra-t-il ?)

Mais depuis QUAND roule-t-on à GAUCHE en BELGIQUE ?

N° 02

La photo du (Point du) Jour...
commentaires

La photo du (Point du) Jour...

Publié le 8 Octobre 2014 par dominique VANESPEN dans L'IMAGE DU JOUR (combien leur en faudra-t-il ?)

Mais depuis QUAND roule-t-on à GAUCHE en BELGIQUE ?

N° 01

La photo du (Point du) Jour...
commentaires

Mise au point préalable.

Publié le 6 Octobre 2014 par dominique VANESPEN dans GENERALITES

Nul n’est parfait…

Bien confiant(e) serait celui ou celle qui pourrait prétendre respecter systématiquement le Code de la Route, et n’avoir jamais commis la moindre infraction, ni reçu de procès-verbal ou autre avis de stationnement.

La marge entre le fait d’être occasionnellement contrôlé, ou au contraire de passer régulièrement entre les « mailles du filet » dépendra d’une multitude de facteurs.

Une des composantes est avant tout la quantité de kilomètres parcourus, selon le principe statistique élémentaire selon lequel « plus on roule, plus on court de risques ».

Mais la réalité du terrain est beaucoup plus complexe.

En définitive, il n’existe aucune règle en la matière, et tous les cas de figures sont possibles, car ce n’est pas nécessairement la mère de famille se dépêchant pour déposer ses enfants à l’école le matin qui sera – forcément – plus prudente que le chauffeur de taxi parti faire une course, le représentant de commerce rentrant de sa longue journée, ou le conducteur de bus en retard sur son horaire.

Dès lors, nulle intention ici pour nous de donner des leçons à qui que ce soit, chacun - chaque usager(ère) - restant libre et, surtout, pleinement responsable de ses propres actes.

Car si la sécurité est l’affaire de tous, à quelque niveau qu’il soit, la plus élémentaire observation de la réalité concrète, sur le terrain, permet de constater que cette « évidence » restera à jamais de l’ordre du vœu pieux, tant que des dispositions n’auront pas été prises envers les usagers de toutes natures en vue de les inciter(a) /convaincre(b)/ obliger (c) à la favoriser.

A cet égard, même si nous n’avons pas l’intention de nous avancer dans le vaste débat sur la philosophie des différentes options fondamentales envisageables en la matière, notre modeste opinion veut que seule la conjonction coordonnée et simultanée (a) de campagnes de prévention pour la majorité des conducteurs raisonnables (b) d’une politique de répression pour les plus irréductibles, et (c) d’aménagements de voiries physiques, permanents et contraignants pour tout le monde, est de nature à permettre d’avancer utilement dans cette voie.

Concrètement, notre objectif par la création de ce site est de servir de plate-forme à un indispensable et urgent débat sur la question de la sécurité routière et des nuisances sonores dans notre village de Bousval.

Outre tenter de faire le point sur l’état actuel de la question, selon nos propres constats mais aussi sur base des réactions des personnes - résidents ou autres - intéressées par cette problématique, qui se seront manifestées et le cas échéant qui nous auront transmis des informations complémentaires, nous souhaitons interpeller officiellement les autorités ayant en charge les domaines de compétences cités plus haut, de manière à les inviter à s’investir activement dans la recherche de solutions concrètes, sur le terrain, avec pour finalité d’imposer une réduction effective, naturelle, de la vitesse et de lutter contre son fréquent corollaire, les nuisances sonores provoquées par le trafic routier.

D’avance, nous sommes reconnaissants envers toutes les personnes de bonne volonté qui s’impliqueront désormais dans cette voie et qui sacrifieront une partie de leur temps libre pour améliorer notre, votre - leur - cadre de vie.

Merci pour votre accueil !

La rédaction.

Bousval, août 2009, Photo DVE

Bousval, août 2009, Photo DVE

commentaires
<< < 10 20 21 22 23 24 25